Pour la visite du chef de l’Etat dans un mois, des travaux d’envergure sont en cours à Daoukro, ville natale de Bédié, qui présentait l’allure d’une ville abandonnée depuis des années.La visite annoncée d’Alassane Ouattara à la mi-septembre 2014 dans la région du Iffou se prépare minutieusement. Rien n’est laissé au hasard surtout que ce séjour du chef de l’Etat a la particularité de se dérouler chez Henri Konan Bédié.

Des travaux d’envergure sont actuellement en cours pour donner un lustre tout à fait distinctif à la ville. Non sans susciter des grincements de dents. En effet, la place publique baptisée place Henri Konan Bédié (HKB) présente aujourd’hui un nouveau visage. Cet espace a été entièrement bitumé.Nous avons pu le constater le lundi 11 août dernier lors d’un voyage à Daoukro. Ce terrain a été goudronné juste pour accueillir le meeting de clôture du locataire du palais présidentiel du Plateau.

«C’est en prélude à ce grand événement politique à Daoudro
que le terrain a été préparé. C’est le mois passé que la place a été bitumée », a confié hier un habitant joint sur place. «On dit que ça ne sera pas intéressant que chez Bédié, la place qui porte son nom soit dans cet état.C’est pourquoi ils ont jugé juste de bitumer cet espace», poursuit notre interlocuteur. Pour donc s’assurer un confort, le chef de l’Etat a juste fait bitumer cet espace pour son meeting.
Pourtant, chaque place publique qui abritait ses meetings n’a pas bénéficié de cette même bienveillance depuis le début de ses tournées politiques sous le couvert de visite d’Etat - puisque le chef de l’Etat ne manque pas d’inviter les populations à porter leur choix sur lui aux prochaines élections depuis qu’il a annoncé sa candidature. Les Ivoiriens souffrent, les vrais problèmes du pays sont là, Ouattara préfère faire plaisir à Bédié.Des grincements de dents Depuis plus de dix ans, la place HKB est restée dénudée. Elle servait surtout à l’organisation d’événements publics, de manifestations politiques et d’activités socioculturelles. C’est ainsi que ce terrain accueillent les compétitions sportives dont la plus populaire est le Kokoda (football) ou encore le Festival international des arts et de la culture de Daoukro (Ficad).

Cette prise en otage de cette place a suscité la colère et des grincements de dents. «Nous avons critiqué cela. Au départ tout le monde a critiqué parce que c’est le seul endroit qui servait de regroupement pour la jeunesse », a expliqué une source sur place. La place HKB, qui avait commencé à être plus connue sous le nom de Kokoda, ce tournoi de football qui s’y déroule chaque année, est interdite aux compétitions du fait de cette visite d’Alassane Ouattara. «Il n’y a plus de poteaux. Avant qu’on ne commence les travaux, le Kokoda était en cours. On l’a délocalisé au stade.
C’est au stade que le Kokoda s’est achevé», poursuit cet habitant.
Les voies dans la ville ne sont pas en reste : «Les voies dans la ville sont en train d’être bitumées. Là où il n’y a pas de bitume, le bitume sera mis et là où c’est dégradé, ça sera réhabilité.Les travaux sont en cours depuis deux mois». Mais ce n’est pas tout. Le boulevard qui se situe à l’entrée dans la ville de Daoukro en venant d’Abidjan est en train d’être prolongé comme nous avons pu le constater. Dès que les travaux seront achevés, on aura désormais deux fois deux voies de la ville au corridor.

Est-ce pour coordonner tous ces travaux que le ministre des infrastructures économiques Patrick Achi était à Daoukro la
semaine dernière ? Nous l’avons en tout cas aperçu à la résidence de Bédié lundi dernier.Pour assurer un confort à Ouattara et sa suite, les travaux sont également en cours sur l’axe Abidjan-Daoukro. Les bulldozers et autres engins s’attèlent à réhabiliter cette voie au plus vite avant cette visite. Là où les travaux sont intenses, c’est le tronçon Adzopé-Akoupé qui est très dégradé.Les usagers de cette voie vivent le calvaire depuis des années sans qu’aucune perspective ne s’offre à eux. Le régime a attendu cette visite pour réhabiliter cette voie.Certains y voient en tout cas une tactique politicienne de Ouattara pour amadouer Bédié, en vue d’accepter une candidature unique du RHDP en 2015. Voeu cher au RDR qui a actuellement le sommeil troublé face à l’indécision de son principal allié.
LE NOUVEAU COURRIER 19/08/2014