Yacouba ouattara, le nouveau souspréfet de Zou, dans le département de Bangolo, maintes fois interpellé par les autochtones Wê sur le foncier rural dans la région, a entrepris depuis avril dernier, des visites d’échanges avec ses administrés.L’étape de la sous-préfecture de Kahin-Zarabaon, peuplée en majorité de ressortissants de la cedeao,a permis d’éclairer tous ceux qui,dans l’ombre, nourrissait l’espoir d’être détenteurs de titre foncier des milliers d’hectares de forêt illégalement acquis pendant la crise.

« La loi du 28 décembre 1998, relative au foncier rural est claire et sans équivoque. Chers parents Guére, vous avez la chance avec l’application de la loi coutumière, malgré toutes les injustices dont vous aviez fait l’objet pendant la crise ici. Vous demeurez les propriétaires terriens », rassure l’administrateur. Puis, d’ajouter que,pour établir un certificat foncier, il n’y a pas de solutions miracles.

«Seuls les ivoiriens ont droit au certificat foncier.Les ivoiriens des autres régions qui veulent s’établir un certificat foncier,doivent s’entendre avec les propriétaires terriens que vous êtes, et ce, devant l’autorité administrative», a prévenu le sous-préfet. Yacouba ouattara a exhorté les uns et les autres à s’établir le certificat foncier pour être, selon lui, rétablis dans leurs droits,après tant de souffrances liées à la crise. après cette mise au point du sous-préfet, la grande cour du chef de village de Kahin-Zarabaon, qui abritait cette rencontre s’est vue automatiquement vidée des communautés étrangères. au cours des échanges, le sous-préfet a interpellé les populations sur les déclarations des naissances à l’etat-civil des sous-préfectures et mairies. après quoi, il a dénoncé la pratique de l’excision « Ce n’est pas moi qui vais interdire
cette pratique, mais je ne veux pas la voir sous mes yeux », prévient-il. Gbahou Gilbert, secrétaire général de la fédération des chefs des 21 villages, a dénoncé le manque d’infrastructures sanitaires,d’eau potable, l’état piteux des pistes villageoises, insuffisance d’électricité,
etc.
pRiVat Giresse.
24/06/2014