Henri Poncet, ex-commandant de la Force Licorne. PH/D.

Henri Poncet, ex-commandant de la Force Licorne. PH/D.

L’attaque du camp français de Bouaké le 6 novembre 2004 par l’aviation ivoirienne n’aurait pas été commanditée par Laurent Gbagbo

L’information a été donnée par François Soudan, directeur des Rédactions du magazine Jeune Afrique. Il l’a indiqué ce dimanche 27 octobre 2013 sur les ondes de Radio France Internationale (RFI). A l’en croire, le général Renaud De Malessène, adjoint du général  Poncet, commandant de la Licorne à l’époque a déclaré que , « ce n’est pas Gbagbo qui a fait bombarder le camp français ». L’officier français ajoute que « Gbagbo n’a pas voulu tuer de soldat français » et que selon lui, « quelqu’un dans son entourage a pris cette décision sans le lui dire ». Le militaire fait également la révélation suivante : « Je pense qu’il y avait un projet politique, mettre Ouattara en place et dégommer Gbagbo ». Pour rappel, les évènements de novembre 2004 qui avaient débouché sur la destruction de la flotte ivoirienne par l’armée française avaient engendré d’importantes manifestations de civils à l’Hôtel Ivoire notamment, avec à la clé de nombreux morts.