La cité des « mille mosquées » a abrité le 28 février, la cérémonie de lancement
de la campagne nationale de l’opération « zéro grossesse en milieu scolaire». Le chef
des gbins, Yao Dabila a, au cours de la cérémonie de libation, imploré les mânes et
les ancêtres afin que la ville de Bondoukou ait une meilleure image «nous avons un
triste record en terme de grossesse des jeunes filles à l’école. Que les ancêtres nous
permettent d’avoir de bons résultats plutôt aux examens », souhaite t-il. Le maitre
de Bondoukou estime qu’il est choquant que la ville dite des « milles mosquées »
ait un si triste record en terme de sexualité des jeunes filles car, mosquées rime
avec abstinence et non grossesse. Koné Hiliassou engage donc le conseil municipal
à faire de la lutte contre les grossesses à l’école, son cheval de bataille «on comprend
mal que la ville aux milles mosquées puisse avoir un si mauvais rang. Le conseil
municipal s’engage à mener des missions de sensibilisation auprès des parents, à
rompre avec le mariage des jeunes filles élèves. Le président du conseil régional,
Kossonou Ignace a révélé que « ce sont 152 cas de grossesses qui ont déjà
été enregistrés. Avec 137 au secondaire et 15 au primaire. » Face à cette situation
catastrophique, il a invité la ministre Kandia Camara à créer des collèges de
proximité dans les chefs lieux de sous préfectures. Mais surtout, à ne pas oublier
sa promesse de créer un lycée de jeune fille avec internat. Il a précisé
que, le procureur de la république est le père des mineures. Et que «les auteurs
de ces grossesses seront désormais, durement sanctionnés ». La ministre Kandia
Camara a indiqué, qu’il était temps de dénoncer ce fléau qui passait sous silence. Et
qu’il il est temps de mettre le doigt sur ce fléau qui gangrène
la société et dans l’indifférence de toute la société.
notre voie