«Nous ne voulons pas qu’un ministre magouille en donnant de l’argent à des groupes

«Nous ne voulons pas qu’un ministre magouille en donnant de l’argent à des groupes

Après le triste épisode du lundi 8 mai dernier où ils

ont fermé momentanément le corridor sud pour réclamer

leurs butins de guerre,les ex-combattants de la cellule

39 ont encore fait parler d’eux, hier mercredi, en assiégeant

cette fois les locaux de la préfecture de région, sise

au quartier municipal de Bouaké. Ayant eu vent à travers

les médias qu’un groupe parmi eux aurait pris la route

d’Abidjan pour honorer l’audience que leur aurait accordée

le Président de la République, ces mutins sont

allés manifester devant les locaux de la préfecture. «Nous

ne nous reconnaissons pas dans ce groupe qui s’est

rendu ce matin à Abidjan. La seule personne qui peut régler

nos problèmes, c’est le Président de la République et non

une tierce personne quel que soit son titre», s’est indigné le

porte-parole adjoint des excombattants, Ouattara Amadou,

qui accuse certains ministres proches du pouvoir

de tirer les ficelles. «Nous ne voulons pas qu’un ministre

magouille en donnant de l’argent à des groupes pour se

rendre à abidjan», avertit-il. Et de poursuivre pour indiquer

que certaines autorités aux grandes ambitions politiques

cherchent à se servir d’eux. Informé, le représentant du

préfet, le secrétaire général 1 a rencontré les manifestants.

Il ressort de leurs échanges que c’est le ministre de l’Intérieur,

Ahmed Bakayoko (qui s’inscrit d‘ailleurs en faux face à cette information) qui aurait décidé d’accéder à la demande

d’audience formulée par les ex-combattants au Président

de la République. Cet engagement a rassuré les excombattants

qui ont fini par quitter les locaux de la préfecture