L’opposition politique burkinabè a réaffirmé sa désapprobation à toute idée de référendum relatif à
la modification de l'article limitant le nombre de mandat présidentiel, et dont le parti de Blaise Compaoré a appelé samedi à la tenue afin de permettre à ce dernier de se représenter en 2015. En effet, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, parti au pouvoir), au cours de la première session de son Conseil national, lancé un "vibrant appel" au président Compaoré à
user des ses prérogatives pour convoquer le corps électoral pour un référendum visant à modifier
l'article 37 de la constitution, qui en l'état empêche le président du Faso de briguer un nouveau mandat. Un appel aussitôt dénoncé par l'opposition politique et un parti de la majorité présidentielle. Si le président accède à la demande se son parti, les formations et partis politiques
de l'opposition prendront leurs responsabilités pour faire barrage à ce projet de loi qui du
reste ne passera pas au vote à l'assemblée nationale, a soutenu le président de l’Union pour le Progrès et le Changement, Zéphirin Diabré, par ailleurs chef de file de l'opposition. Pour cet appel du parti majoritaire à l’organisation d’un référendum ne constitue pas un événement : « en réalité, il n'y a rien de nouveau dans cette vieille chanson que nous ramène le CDP», lance-t-il .

Et si le président Blaise Compaoré accédait à la demande du parti majoritaire, le projet
ne passera pas à l’Assemblée nationale, promet Zéphirin Diabré.Du reste, les forces du progrès feront savoir de manière énergique leur opposition à cette manoeuvre,a-t-il soutenu.
Ce référendum « va mettre en péril la paix sociale », prévient le secrétaire général adjoint de l’Alliance pour la démocratie et la fédération/Rassemblement démocratique africain (ADF/RDA), un parti de la mouvance présidentielle, opposé cependant à la modification de l'article 37. "Nous avons jugé inopportune l’organisation du référendum parce qu’on est attaché à la paix et nous pensons qu’il faut absolument préserver la paix sociale», a-t-il indiqué. L'article 37
de la Constitution burkinabè, qui limite à deux le nombre de mandats à la tête du pays, empêche
Blaise Compaoré de se représenter pour un nouveau mandat. Au pouvoir depuis le coup d'Etat de 1987,Blaise Compaoré, entretient le mystère sur ses intentions
quant à l'élection présidentielle de 2015
Source Koaci.com