Le gouvernement a fixé le prix minimum garanti, bord champ de l’anacarde à 225 fcfa le kg.
Le prix intérieur magasin est de 250 fcfa et le prix magasin portuaire est fixé à 295 fcfa.
82 milliards fcfa ont déjà été distribués aux producteurs d’anacarde. Le bilan à mi-parcours
de la campagne de commercialisation de l’anacarde,dressé le samedi 26 avril dernier,
par le directeur général du conseil du coton et de l’anacarde,malamine sanogo, fait
également ressortir d’autres données : 180.040 tonnes exportées,118.720 tonnes en entrepôts
portuaires, 33.753 tonnes en stock usine, 30.000 tonnes en magasins intérieurs : 137.487 tonnes non encore vendues,428 contrats enregistrés.se disant satisfait de la bonne tenue de la filière, il a surtout interpelé
les exportateurs qui tentent désespérément de faire descendre le prix d’achat officiel
des magasins portuaires de 295 fcfa à 245 fcfa. «Les prix ont été fixés de commun accord. Il
faut donc que chacun respecte ce qui a été fixé de façon consensuelle. Que les exportateurs
arrêtent leurs manigances à faire fléchir les prix. Les producteurs doivent tenir ferme
parce qu’ils ont le soutien du gouvernement. Toute personne qui s’adonnera à une campagne
visant à aller à l’encontre des mesures gouvernementales est passible de sanctions
judiciaires», a-t-il indiqué.a l’endroit des exportateurs qui sont à l’étranger, il a réaffirmé la
détermination du gouvernement à faire appliquer les prix en vigueur.

«Le prix bord champ est maintenu à 225 FCFA. Même pendant la campagne intermédiaire.
Rien sur le marché international ne permet de revoir ce prix à la baisse. Que ceux qui y
croient cessent de rêver», a soutenu malamine sanogo. il a invité les producteurs à se regrouper
pour être plus forts dans les discussions. aux acheteurs et transporteurs, il a demandé
d’arrêter tout chargement vers les deux ports jusqu’à nouvel ordre et surtout d’être intransigeants
sur les prix officiels.
j-s LIa