D’un bureau consensuel de la Commission

électorale indépendante (Cei) n’a pu voir le jour hier, au deuxième jour de la rencontre entre les
commissaires au siège de l’institution, à Cocody. Les
représentants de l’alliance des forces démocratiques,
du mouvement des forces d’avenir et de l’eglise catholique
ont suspendu leur participation à la rencontre en
dénonçant une manoeuvre de forcing du pouvoir.
«Comme vous l’avez noté, les premiers membres de la
Cei ont été nommés depuis le mois de juillet et le reste
que nous constituons c’est à bureau consensuel de la Commission électorale

 

indépendante (Cei) n’a pu voir le jour hier, au deuxième
jour de la rencontre entre les commissaires au siège de
l’institution, à Cocody. Les représentants de l’alliance
des forces démocratiques, du mouvement des forces
d’avenir et de l’eglise catholique ont suspendu leur participation à la rencontre en dénonçant une manoeuvre
de forcing du pouvoir. «Comme vous l’avez noté,
les premiers membres de la Cei ont été nommés depuis
le mois de juillet et le reste que nous constituons c’està-
dire, les représentants de l’opposition représentés au
sein de l’alliance, les ont rejoints seulement en août
parce que nous étions en train de faire des négociations
en vue de corriger le déséquilibre qui a été consacré
par la loi…nous étions donc de bonne foi, et c’est la
raison pour laquelle nous sommes entrés à la Cei.
malheureusement nous constatons que les engagements
qui ont été pris ne sont pas respectés. et que nous sommes en train de nous acheminer vers une procédure qui va empirer encore le déséquilibre. Pour ne pas être complices d’une telle situation, nous avons décidé de suspendre notre
participation à ces travaux de la Commission électorale
indépendante en espérant que les uns et les autres vont
respecter leurs engagements », a déclaré Bertin
Ganin, secrétaire exécutif de l’alliance des forces démocratiques (afD).
jacob anaky, représentant du mouvement des forces
d’avenir (mfa), formation membre de la coalition au
pouvoir (rhDP), ne dit pas le contraire! «C’est dommage
que les commissaires n’aient pas fait l’effort de rechercher
un consensus et de privilégier le vote mécanique
», a-t-il lâché l’air abattu. Pour sa part, l’abbé Boni
Boni, représentant la Conférence des evêques de
l’eglise catholique de Côte d’ivoire, a déploré l’échec du
consensus préconisé. «L’eglise catholique aurait
souhaité que tous les enfants de ce pays puissent se
retrouver, s’entendre pour aller de l’avant. Dans la mesure
où certains se sont retirés, nous souhaitons que
tous puissent se retrouver autour de la table pour aller
de l’avant », dira-t-il. Ces commissaires ont suspendu
leur participation après plus de 5h de débats.
alain Dogou est sorti le premier de la salle à 20h50 min.
a peine deux minutes après, il est suivi de Bertin Ganin.
Puis de jacob anaky et l’abbé Boni Boni.
Le souhait de ceux qui ont claqué la porte était que le
bureau soit formé de façon consensuelle afin de corriger
le déséquilibre. Les représentants du pouvoir s’y sont
opposés et ont opté plutôt pour un vote mécanique en
faveur de Youssouf Bakayoko, le très controversé
président de la Cei dont le travail a provoqué la grave
crise post-électorale qui a divisé la Côte d’ivoire en 2010.
Les jeux étant déjà faits, c’est sans surprise que
Youssouf Bakayoko a été imposé à la tête de la Cei .

Publié le samedi 6 septembre 2014 | Notre Voie