Beaucoup d’entre nous sont porteurs de virus pathogènes qui ne déclenchent pourtant pas d’infection.

En fait, une personne en bonne santé « porte » en moyenne cinq types différents de virus, un chiffre qui peut considérablement augmenter selon les cas. Cependant, donc, ils ne rendent pas malade. C’est ce qu’ont déterminé ces chercheurs de l’université de Washington, qui participent à un vaste projet visant à mieux identifier la flore microbienne qu’abrite « naturellement » notre organisme.

On en sait déjà beaucoup sur les bactéries (en particulier intestinales), on s’intéresse ici aux virus. L’étude a été conduite sur des sujets âgés de 18 à 40 ans, avec des prélèvements dans le nez, sur la peau, dans la bouche, dans le vagin et dans les selles. Insistons à nouveau sur le fait qu’aucun ne présentait les symptômes d’une infection virale aiguë.

Que montrent les résultats ?

• Neuf personnes sur dix (92%) sont porteuses d’au moins un type de virus, mais on en a identifié jusqu’à dix à quinze.
• Certains virus semblent installés à long terme, entretenant des infections de très faible degré (non symptomatiques).
• L’analyse ADN indique qu’à chaque individu correspond une empreinte virale spécifique.

Les familles de virus détectées sont très diverses. Les spécialistes parlent de « flore virale normale, riche et complexe », et émettent l’hypothèse qu’elle pourrait contribuer à maintenir le système immunitaire en alerte.
Source : passionsante