Pour la présidentielle de 2020, le Président Alassane Ouattara a désigné Amadou Gon Coulibaly comme candidat du RHDP. Mabri Toikeusse, haut cadre du même parti politique, a dit non à ce choix. Selon lui, il ne reflète en rien la réalité du terrain. Le RHDP espère battre ses adversaires politiques à la présidentielle de 2020. Pour cette élection, le Président Alassane Ouattara a déjà annoncé son retrait de la course à Yamoussoukro. Son parti politique devait donc choisir un autre candidat pour porter ses couleurs. Le jeudi 12 mars 2020, ce choix a été opéré et rendu public. Lors d'un conseil politique extraordinaire organisé à cet effet, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly a été désigné «par consensus» comme étant le prochain candidat du RHDP à la présidentielle du 31 octobre 2020. A peiné ce choix rendu public que le Dr Mabri Toikeusse Abdallah, haut cadre du RHDP, parti politique du Président Alassane Ouattara, s'y oppose. Dans un communiqué publié sur sa page Facebook cette nuit, peu avant minuit, il a donné les raisons de son opposition aux choix soutenu par le Président Ouattara.

 

Le Dr Mabri Toikeusse Abdallah a déclaré : "Je suis un homme de conviction et je préfère dire ce que je pense. Monsieur le Président, vous êtes le fils du Président Félix Houphouët-Boigny, qui nous a enseigné le dialogue. Nous nous appuierons sur le dialogue pour régler nos divergences. Ne prenons pas des engagements d’une heure dans une salle, qui par la suite ne reflèteront pas la réalité sur le terrain. Faites donc comme Félix Houphouët-Boigny. Travaillez à nous mettre en équipe." Cette contestation du choix de Gon Coulibaly ne devrait pas être la dernière au sein du RHDP.

Plusieurs cadres de ce parti souhaitent se présenter à cette élection.Le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, choix de longue date du Président Ouattara, ne fait clairement pas l'unanimité au sein de son parti. Dr Mabri Toikeusse Abdallah aurait été menacé Selon ses proches, le ministre ivoirien de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, M. Dr Mabri Toikeusse Abdallah, aurait été menacé suite à son positionnement. Aucune précision cependant sur l’origine des menaces.

Mais loin d'être intimidé, il a publié une seconde note sur sa page Facebook disant qu'il ne craint personne en dehors de Dieu. "Ceux qui prennent des protecteurs en dehors de Dieu sont semblables à l’araignée qui, à partir de sa toile, se donne une demeure. Mais y a-t-il une demeure plus fragile que celle de l’araignée ? Si seulement ils pouvaient le savoir ! Coran 29:41 Qu'Allah nous donne la bonne compréhension.", a de nouveau posté le ministre sur sa page Facebook en réponse aux intimidations dont il ferait l'objet. Autant dire que la bataille présidentielle s'annonce difficile pour le parti du Président Alassane Ouattara.

Cette déchirure naissante entre membres du RHDP devrait faire le jeu des adversaires regroupé au sein de la plate-forme de l’ opposition formée par le PDCI et le FPI.