Absente de la réunion du bureau politique du PDCI-RDA dont elle est membre, la députée Yasmina Ouégnin a adressé par écrit l’essentiel de sa contribution aux travaux ouverts ce jeudi 4 2020, à Cocody. Pour elle, l’organisation de primaires ouvertes, équitables et transparentes, devrait se présenter comme la voie privilégiée pour retenir le candidat du PDCI-RDA à la prochaine présidentielle en Côte d’Ivoire. Ci-dessous, son message en intégralité.

Session Extraordinaire du Bureau Politique des 4 et 5 Juin 2020

Mesdames et Messieurs les Membres du Bureau Politique ;

Vaillants Militants et Militantes du PDCI-RDA ;

Dans l’impossibilité de répondre physiquement à l’invitation faite à certains membres du Bureau Politique de notre Parti, en vue d’examiner l’ensemble des préoccupations liées à l’élection présidentielle prochaine, je me résous à vous partager en toute humilité certes, mais avec une conviction toujours renouvelée, l’essentiel de ma contribution aux travaux du PDCI-RDA.

Je voudrais à l’entame de mon adresse, exprimer mes sincères remerciements aux militants et militantes de notre Parti pour la mobilisation remarquable et la ferme détermination dont ils ont toujours fait preuve, dans le cadre des actions menées pour la pérennisation des valeurs prônées par le Président Félix Houphouët Boigny, Père fondateur de notre Parti et de la Côte d’Ivoire moderne.

Je voudrais toutefois exprimer quelques réserves quant à la convocation et au format de ce Bureau Politique, dans un contexte très particulier de crise sanitaire mondiale.

À l’approche d’échéances électorales décisives qui marqueront, sans nul doute, un important tournant aussi bien dans la vie du Parti que pour la destinée de la Nation ivoirienne, nul besoin de rappeler que la reconquête du pouvoir d’Etat, perdu depuis 1999, demeure une priorité pour l’ensemble des militants et des sympathisants de notre famille politique.

Cette ambition commune a pour principal objet de rassembler les Ivoiriens et les Ivoiriennes à travers les vertus contenues dans ce legs politique qu’est notre Parti ; ce PDCI-RDA si cher à nos cœurs, qu’il appartient, à toutes et à tous, de défendre et de préserver dans l’Unité.

Au niveau national, au nombre des actions susceptibles de nous éviter les affres enregistrées dans un passé récent, et au regard de la nécessaire crédibilité des prochains scrutins, figurent des discussions de haut niveau en vue d’obtenir entre autres :

• Une liste électorale inclusive ;

• La régularité des opérations électorales ;

• La sécurisation du dépouillement ;

• La fiabilité des résultats proclamés ...

Toutes ces exigences démocratiques constituent, pour le PDCI-RDA et pour l’opposition dans son ensemble, des conditions sine qua non qui commandent l’adoption d’une loi électorale consensuelle, ainsi que la mise en place d’une Commission Indépendante, dont l’impartialité et la représentativité des membres soient à même de conférer toute sa crédibilité au processus électoral.

Au niveau de notre Parti, la désignation de la Personnalité apte à porter notre offre politique, à l’élection Présidentielle d’octobre 2020, appelle également et de toute évidence, la prise en compte des mêmes attentes formulées à l’endroit du régime sortant, à savoir Ouverture, Equité, et Transparence.

Pour ma part, l’organisation de primaires ouvertes, équitables et transparentes, devrait se présenter comme la voie privilégiée pour retenir le candidat qui soumettra notre projet de société aux suffrages de nos compatriotes.

À cet égard, l’intégrité du processus, depuis la définition des critères d’éligibilité jusqu’à l’investiture du Candidat, en passant par des procédures indiscutables d’organisation et de fonctionnement de la Convention, devrait nous permettre d’éviter toutes contentions internes, qui pourraient fragiliser notre projet commun, en ces moments où l’unité dans l’action et le concours de tous et de chacun, sont activement recherchés.

Aussi, j’en appellerai à un effort, non plus de valorisation des intérêts particuliers, mais plutôt, d’appréciation saine et objective des enjeux collectifs d’un futur plus que proche.

Cet effort vertueux, je l’espère vivement, aura pour effet de taire nos égos et spéculations individuelles vis-à-vis de l’idéal commun que nous sommes appelés à réaliser ensemble, pas seulement pour la Côte d’Ivoire d’aujourd’hui, mais surtout pour celle des futures générations.

Seul ce paradigme pourra faire aboutir efficacement les légitimes aspirations de notre Parti à la gestion du pouvoir d’État, mais mieux, il pourra, enfin, redonner le sens véritable de l’action politique, qui est d’œuvrer pour le bien-être de nos populations quels que soient les origines ethniques, les confessions religieuses, les affiliations partisanes, ou encore le statut social de celles-ci.

À ce titre, le « Porte-étendard » du Parti aux futures échéances électorales devrait recevoir l’onction de l’ensemble des militants, pour que le dialogue constructif, envisagé dans le cadre d’alliances, nourrisse la dynamique qui nous conduira à une alternative démocratique appelée de tous nos vœux.

Pour réconcilier cette Cote d’Ivoire plurielle, riche de sa diversité et de son histoire, sachons avant tout rassembler les dignes héritiers du Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY, autour d’un projet de société porté par le PDCI-RDA qui redeviendra, j’en suis persuadée, ce merveilleux outil de dialogue, de prospection et d’accomplissement des aspirations de l’ensemble de nos concitoyens.

C’est sur cette note d’espoir de reconquête et d’exercice du pouvoir d’État que je vous souhaite de fructueux échanges, tout au long de ces deux journées de réflexions, dans le respect de la différence et dans le dépassement de nos ambitions personnelles.

Celles-ci, je vous le rappelle, aussi légitimes qu’elles soient, ne seront jamais plus grandes que notre bien commun, La Côte d’ivoire.

 

Yasmina OUEGNIN
Membre du Bureau Politique