Publié le Jeudi 26 Novembre 2020.

Publié le Jeudi 26 Novembre 2020.

Un leader politique ivoirien dans une importante déclaration à la nation ce 25 novembre 2020, a lancé un ultimatum de 48h au président Alassane Ouattara pour libérer tous les leaders de l’opposition arrêtés après la création officielle du conseil national de transition (CNT) pour atteinte à la sûreté de l’Etat, a appris un journaliste d’Ivoirebusiness.

 

« Dès cet instant, conformément au mot d’ordre de suspension du dialogue politique du président Henri Konan Konan, je donne un ultimatum de 48h au président Alassane Ouattara pour libérer Pascal Affi N’guessan porte-parole du CNT, Pr Maurice Kacou Guikahué S.E du Pdci-Rda, N’dri Pierre Narcisse directeur de cabinet du président Henri Konan Bédié, et tous les opposants en ce moment maintenus en toute illégalité en détention », écrit le président du rassemblement du peuple de Côte d’Ivoire Alternative crédible (Rpci-Ac), Christian Vabé.

 

« Je donne 48h au président Alassane Ouattara afin que le blocus de la résidence de M. Mabri Toikeusse porte-parole par intérim du CNT, soit levé et que toutes les poursuites à son encontre soient levées sans délai », poursuit la déclaration du Rpci-Ac.

 

« Passé ce délai, le peuple reprend la rue avec intensité car ça veut dire que c’est M. Alassane Ouattara qui bloque le dialogue et joue avec le peuple ivoirien qui a versé son sang par centaine. Ce peuple qui pleure encore ses plus de 200 morts (87 morts selon la propagande de M. Ouattara) et ses plus de 1000 blessés (487 selon la propagande de M. Ouattara), n’aura pas d’autre choix que de reprendre la désobéissance civile NON STOP ET INTENSE SUR TOUTE L’ETENDUE DU TERRITOIRE NATIONAL », peut-on encore lire dans le communiqué du Rpci-Ac, parti membre de la coalition gbagboïste ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS).

 

« Peuple de Côte d’Ivoire, tenez-vous prêts A REPRENDRE LA DESOBEISSANCE CIVILE DE MANIERE INTENSE car depuis le 31 octobre 2020, M. Alassane Ouattara n’est plus le Président des ivoiriens. C’est désormais M. Henri Konan Bédié qui dirige la TRANSITION CIVILE et le Conseil national de transition (CNT), crée officiellement le 2 novembre 2020 conformément au mandat clair donné le 31 octobre 2020 par le peuple souverain de Côte d’Ivoire.

 

Et TRANSITION NE PEUT PAS ATTENDRE CAR PERSONNE N’A ATTENDU QUAND IL FALLAIT TUER LES IVOIRIENS A COUPS DE MACHETTES, DE HACHES ET DE FUSILS, ET JOUER AU FOOTBALL AVEC LEURS TÊTES comme ce fut le cas avec la tête du jeune TOUSSAINT KOFFI», termine la déclaration du président Christian Vabé.

 

Nous y reviendrons.