Importante déclaration à la Nation du RPCI-AC

Le Rassemblement du peuple de Côte d'Ivoire Alternative crédible constate que Blaise Compaoré, président déchu du Burkina Faso, a accordé une interview à Jeune Afrique dans laquelle il accuse sans prendre de gants, l'armée et l'opposition burkinabé d'avoir fait un complot pour le chasser du pouvoir.


Le RPCI-AC s'insurge contre cette tentative de falsification de l'histoire par le Président déchu du Burkina.
Le RPCI-AC rappelle à monsieur Compaoré de même qu'à l'opinion, que la révolution du peuple souverain du Burkina Faso est à l'origine de sa chute, car le peuple s'est dressé comme un seul homme pour faire barrage à son projet de révision de l'article 37 de la Constitution, destiné à lui permettre de briguer un nouveau mandat, après 27 ans passés au pouvoir.


Le Rpci-Ac condamne cette interview prématurée de Blaise Compaoré à Jeune Afrique, à peine ses valises déposées à Yamoussoukro à la résidence des Hôtes de marque.
Le Rpci-Ac regrette le manque de recul nécessaire de la part de Blaise Compaoré, au moment où les corps de la trentaine de victimes de la révolution burkinabé tués par sa garde présidentielle, n'ont pas encore été enterrés, et les familles pas encore fait leur deuil.


Le Rpci-Ac regrette que ce qu'il craignait soit arrivé, à savoir que Blaise Compaoré ne se répande dans la presse.
Le Rpci-Ac regrette qu'alors qu'il n'a pas encore fini de défaire ses valises à Yamoussoukro, il trouve nécessaire de régler ses comptes dans la presse avec la classe politique Burkinabé et avec le nouvel homme fort du pays.
Pour toutes ces raisons:
Le RPCI-AC exige que Blaise Compaoré quitte la Côte d'Ivoire immédiatement car sa présence est extrêmement déstabilisatrice pour le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire.
Il doit dans les plus brefs délais être mis à la disposition de la Cour pénale internationale pour répondre de ses crimes.

Fait à Paris le 10 novembre 2014

Pour le RPCI-AC
Christian Vabé
Président