340 mille FCFA payés pour avoir la place Ficgayo

340 mille FCFA payés pour avoir la place Ficgayo

Charles Konan Banny,Mamadou Koulibaly et Kouadio Konan

Bertin dit KKB rejoints  par deux autres candidats, notamment Konan Kouadio Siméon et Gnangbo Kacou, ont animé hier une

conférence de presse au siège de Lider pour annoncer que le

meeting qu’ils organisent ce mercredi à la place Ficgayo de

Yopougon aura bel et bien lieu en dépit des rumeurs d’une interdiction qui avaient pris tous les réseaux sociaux hier.

 

Dans la matinée d’hier en effet, des informations persistantes annonçaient  la suspension du      prochain meeting de la CNC par

le maire RDR de Yopougon Koné Kafana. Mais les candidats

ont remis hier les pendules à l’heure au cours de cette conférence

puisque selon eux, une autorisation verbale leur a déjà

été accordée avec une demande  de paiement de la somme de

340.000 F.

 

la Coalition nationale pour le changement (Cnc)

a également saisi le ministère de l’Intérieur et de la Sécurité et

l’Organisation des nations unies   en Côte d’Ivoire (Onuci) à travers un courrier daté du jeudi 1er octobre 2015.

C’est donc dire que le meeting aura bel et bien      lieu au lieu indiqué. Mais pourquoi un autre meeting ?

«Les  candidats qui sont : Charles  Konan Banny, Mamadou Koulibaly   et Kouadio Konan Bertin dit KKB, Konan Kouadio Siméon et Gnangbo Kacou ont décidé, avec les partis politiques et

mouvements de la Cnc et les partis alliés (Pit, Rpp, Usd et

Urd), compte tenu du fait que malgré nos plaidoyers, malgré

nos manifestation de contestation,meetings et marches, malgré

tout ce qu’on pu dire au corps diplomatique, aux Nations

unies, aux pays membres du Conseil de sécurité de l’Onu,

malgré ce qu’on a pu organiser comme recours auprès de

l’Union européenne, l’union africaine et de la Cedeao, nous

nous rendons compte que le candidat-président, qui tient les

reines de l’Etat, qui contrôle la  Commission électorale, qui

contrôle les médias de servicepublic, qui contrôle les institutions

chargées de la sécurité et de la défense refuse de discuter

sur l’opportunité et l’impossibilité d’organiser les élections

dans les délais.

 

Ces élections sont très mal préparées.

Et au moment où nous parlons, chaque jour qui passe confirme

que ces élections sont très mal préparées. C’est pourquoi les

cinq candidats ont demandé que les dix (10) candidats s’asseyent,

à tête reposée, et dire oui ou non le code électoral avec ses

abus, permet aux candidats d’être traités à égalité comme la

Constitution l’exige.

 

Pourquoi il y en a un qui a des prérogatives qui lui permettent de bloquer le processus, de l’avancer selon son gré, de le contourner selon son bon vouloir ?

 

Est-ce que oui ou non cette commission électorale

est capable de nous organiser des élections transparentes

? Est-ce que oui ou non cette commission électorale a été capable

de nous confectionner une liste électorale acceptable ?

 

Est-ce que oui ou non cette commission électorale elle

même est légale ?

 

Est-ce que oui ou non les documents de vote ont-ils été bien confectionnés,que ce soit le bulletin unique, la liste électorale prévue pour le déroulement du vote, la sécurisation

des résultats?

 

Est-ce que nous avons pris toutes les dispositions

pour que ces élections se déroulent sans heurts, sans tricherie,

sans peur et sans intimidation ?

 

La réponse des cinq candidats est non ! Non ! Non à 

toutes les questions ! Depuis 2012, individuellement nous lui

avons parlé.

 

Aujourd’hui nous sommes à 20 jours des élections.

Il prétend que les délaissont trop courts pour faire des

modifications. C’est pour prendre le peuple à témoin que nous

revenons encore, avec les voix démocratique, organiser ce

meeting en présence des candidats à Yopougon, à la place Ficgayo    autour de 10 heures », a ditMamadou Koulibaly et

Gnangbo Kacou qui sont intervenus

au nom des autres candidats.