source notre Voie n° 4790 du lundi 18 août 2014

Annonce comme un tournant determinant dans la
survie du FPI, la reunion du comite central (considere
comme le parlement du parti), reuni en session extraordinaire le jeudi dernier au QG Laurent Gbagbo a Attoban, sous la houlette du professeur Sangare Aboudrahamane, a enterine les decisions du groupe de mediation. De quoi pacifier la maison bleue en attendant le congres prevu d’ici la fin de l’annee. Contrairement a la volonte des va-t-en guerre qui souhaiteraient voir le parti de Laurent Gbagbo disparaitre. Cette rencontre au sommet de
l’organe de decision du Front Populaire Ivoirien, comme il fallait s’y attendre a ete l’occasion pour les ‘’parlementaires’’ de passer au peigne fin les points de desaccords et principalement la rehabilitation de Laurent Akoun a son
poste de Secretaire General du  parti, qui mettent a mal la cohesion au sein du parti depuis le 4 juillet 2014, date de reamenagement du secretariat general par le president du parti. Dans son propos liminaire, Sangare Aboudramane,
l’un des peres fondateurs du parti, faisant desormais office
de gardien du temple a d’entree rappele a l’assemblee les principes sacro saints de la vie : ≪ Ne detruis pas ce que tu n’as pas construit et qui ne t’appartient pas … Et si telle etait ton intention, qui devait te suivre et comment ?
≫A martele l’universitaire. Allusion faite a ceux qui croient bon d’utiliser le FPI comme moyen d’echange pour parvenir a leurs interets personnels et politiciens. Apres donc ces propos du 1er vice-president, fortement salues
par un tonnerre d’applaudissements, place aux debats sur les
points de desaccord, notamment la rehabilitation de Laurent
Akoun La réhabilitation de Laurent Akoun réclamé en vain
Principale point d’achoppement, la rehabilitation de Laurent
Akoun a son poste de Secretaire General et porte parole du FPI a fait l’objet de chaudes discussions. Pendant plus de 2 heures, de facon unanime, les 117 personnes inscrites pour intervenir sur la question ont exige la rehabilitation
de Laurent Akoun en lieu et place de Monnet Agnes
nouvellement promue a ce poste. Une requete a laquelle refuse d’acceder le president Affi, malgre les tendances favorables a Akoun. Sous la pression de la majorite,
le president du parti en appelle  au secours au comite
centrale : ≪ Je demande au comite centrale de decider ≫, a-t-il propose. Ce qui a fait reagir Gnahore Jean baptiste du groupe de mediation : ≪ je demande simplement au president du parti s’il endossait les recommandations du groupe de mediation sur la question du poste de Secretaire General qui est revenu a Agnes Monnet ≫, at- il interroge. Mais avant l’eclairage du prefet Gnahore, ce sont
les ministres Douaty et Lida qui obligent le president Affi a prendre ses responsabilites sans s’en remettre au comite central. Pousse dans les cordes par ses adversaires,
le patron du FPI fait le profil bas : ≪ …Je vais encore insister… J’ai fais preuve de bonne volonte et d’ouverture, j’ai accede a 3 revendications sur 4. Je demande aux camarades du comite central de donner les moyens au president que je suis pour que je travail. Je voudrais requerir votre
indulgence pour qu’Agnes reste a son poste ≫ a plaide le president du FPI. Il etait 17h30. Agnès Monnet reste donc à son poste Face aux tons qui commencaient a se durcir a l’encontre du president Affi, pour l’epargner des paroles
vehementes des militants en colere et pour lui eviter les humiliations, le ‘’pere ‘’ Aboudrahamane Sangare a du voler a sa rescousse en y mettant la main de sage : ≪ C’est une reunion difficile… Les gens disent souvent que Sangare ne parle pas. Mais Sangare ne parle pas pour parler, Sangare
parle dans les instances du parti et non dans la presse…Moimeme je n’ai pas aime la maniere dont Agnes a occupe le poste d’Akoun. Je peux me tromper sur ce qui m’a ete rapporte puisqu’il ya eu des sons discordants. Mais
elle pourra me donner la vraie version…C’est la premiere fois
qu’un president du parti demande l’indulgence de l’assemblee…Je vous demande encore une fois
d’accepter de le suivre…Si vous me faites confiance, vous allez  suivre la suite de notre position… ≫, a suggere le doyen Sangare. Et a sa suite, le ministre Douaty a
declare, pour marquer son accord avec le 1er vice president du parti : ≪ je suis pour l’ethique des principes
car c’est quand on respecte les principes que les responsabilites  se situent. Il a ete suivi par le
ministre Lida ≪ Les conseil du camarade Sangare sont pour nous un imperatif…Et donc nous sommes obliges d’obtemperer. ≫ A-t-il ajoute …Fin donc du desaccord
sur Agnes Monnet.≫ Ce point ainsi evacue, le dossier
CEI a ete mis sur la table. Inviter a repondre sur la pretendue participation du FPI a la CEI, le president Affi a d’abord voulu reporter le debat au 30 Aout avant qu’il ne  soit oblige de se prononcer seance tenante.
Affi donne les raisons qui l’ont poussé à rentrer à la CEI
Affi N’guessan : ≪ Vous m’oblige a me prononcer sur la
question maintenant(le jeudi 14 Aout 2014 NDLR). Je risque de ne pas etre pertinent mais je vais essayer. Pour moi la CEI n’est seulement une question electorale. Ma preoccupation c’est comment defendre les interets du FPI. Je peux me tromper de bonne foi. Je peux ne pas savoir la meilleure strategie en ce qui concerne la CEI. Pour moi c’est
une question de positionnement du FPI dans le jeu politique…Si nous sommes d’accord pour la transition pacifique democratique, c’est une necessite de positionner
le FPI dans le jeu politique. Le principe sur la composition
d’un bureau consensuel de la CEI a ete un acquis. Nous
sommes avec le gouvernement dans un jeu d’echec. La CEI n’est pas la seulement pour les elections presidentielles de 2015. Il ya les elections legislatives, municipales
et les conseils regionaux sans oublier les elections de 2020.
Si nous voulons participer a ces differentes echeances electorales, il est important pour nous de prendre notre place au sein de la CEI. ≫ A-t-il explique avant de conclure : ≪ Le FPI est libre d’adopter la posture qu’il veut par
rapport a la CEI. Si nous voyons que le principe du consensus est absent alors le FPI sortira de la
CEI. ≫ En attendant que le comite de
controle fasse des observations au regard des textes et que le comite central se prononce sur cette question, le president du parti a propose une autre reunion du comite central ordinaire le 30 Aout prochain. Toutefois : ≪ d’ici la, le
representant du FPI suspend ses activites a la CEI ≫ affirme Affi
N’guessan. Commencee, en effet, a 10 h, cette rencontre a pris fin a 18h.■