Il y a quelques jours, l’international burkinabè, Aristide Bancé, dénonçait les conditions de vie des joueurs de la Ligue1 ivoirienne qui, selon lui, étaient mal traités. Cyril Domoraud, le président de l’Association des footballeurs ivoiriens (Afi), lui, affirme le contraire. « Il a raison de prendre la défense des joueurs, mais je crois que cela ne concerne pas les clubs de la Ligue1 car ils sont obligés de payer au minimum le Smig (60 000 FCfa). Et à l’Afi, nous n’avons pas eu de plaintes », a-t-il déclaré dans un entretien avec un confrère d’une radio internationale. C’était également l’occasion pour l’ancien capitaine des Éléphants, au cours de cette interview, d’évoquer la situation des clubs en Côte d’Ivoire et des joueurs. « Les joueurs souffrent, les clubs aussi. La situation n’est pas la même pour tous. Une institution comme l’Asec rémunère ses joueurs, mais l’Africa Sports passe par un moment difficile. Nous avons pourtant une nouvelle génération qui émerge à la direction des clubs, mais tout est encore très fragile. Il faudrait tout réorganiser, que l’État soutienne les clubs », a poursuivi le président de l’Afi. Le championnat de Ligue1 de Côte d’Ivoire est suspendu depuis le 8 mars, en raison de la Covid-19. La ligue de football attend toujours l'autorisation du gouvernement pour une reprise ou non de la compétition. Concernant les clubs, les avis sont partagés sur la question. Le président de l’Afi, lui, opte pour une interruption définitive.« Mieux vaut mettre un terme à la saison, car nos joueurs ont arrêté depuis deux mois et il faudra au moins un mois de préparation pour disputer six journées. Il y a trop de risques de blessure. Le Racing club d’Abidjan sera logiquement sacré champion devant San Pedro et l’Asec », a-t-il fait savoir. Enfin, Cyril Domoraud s’est exprimé sur les futures élections à la Fif qui sont au cœur des débats. « On va se prononcer au moment opportun. On a déjà rencontré Sory Diabaté, actuel président de la Lfp et Idriss Yacine Diallo. Nous verrons bientôt M. Drogba. Ensuite, nous déciderons... Vous le saurez bientôt ! », a-t-il conclu