Kouassikro, village situé à environ 15 kilomètres de Djekanou est depuis ces  derniers jours le théâtre de contestation d'une frange de sa population du fait de l'orpaillage clandestin qui y règnerait, 

Selon des informations, 7 personnes dont Koffi Brou, l'ancien président des jeunes  de Kouassikro auraient été interpellés par la brigade de gendarmerie  de Djekanou le Mercredi 24 Juillet dernier pour avoir dit non à l'orpaillage clandestin à Kouassikro. À en croire des informations, les 7 jeunes de Kouassikro qui auraient été mis aux arrêts sur instructions

desautorités administratives et sécuritaires de la localité de Djekanou, n'auraient droit à la quiétude que lorsque ces derniers accepteront de reconnaître un document autorisant l'orpaillage clandestin à Kouassikro.

 

Sur le même sujet, un scénario un peu plus dramatique s'est produit dans la journée de ce Mardi 06 Août à Kouassikro, lorsque qu'un fils de ce village, Yao Hubert, journaliste et cadre de la localité qui s'y est rendu pour sensibiliser ses parents sur la dangerosité de l'orpaillage clandestin et leurs demander d'empêcher cette pratique sur leur terre, aurait été copieusement tabassé par des gendarmes.
Après la bastonnade infligée au confrère qui se serait simplement opposé à la pratique de l'orpaillage clandestin dans son village par la sensibilisation de ses parents, Yao Hubert a été transféré à l'hôpital général de Toumodi où, admis dans une chambre, le confrère comme un véritable criminel recherché, avait son bras menotté au chevet de son lit d'hospitalisation