Les éléments de la Préfecture de police d’Odiénné ne sont pas contents, depuis que les élections locales ont pris fin, le 13 octobre dernier sur toute l’étendue du territoire national.

Ils n’auraient pas encore obtenu leurs primes de sécurisation de ces locales 2018, comme promis par leur hiérarchie.

 

Au nombre de 30, ces éléments de la Préfecture de police avaient droit chacun à 32 mille FCFA, comme révélé par une source proche du dossier.

 

Quatre jours après la tenue du scrutin, ils craignent de ne plus se voir octroyer ces primes de surveillance puisque, ces pratiques seraient coutumières dans l’armée, comme mentionné par un élément qui a gardé l’anonymat.

 

«Nous n’avons pas encore reçu nos primes de sécurisation des élections. Jusqu’à ce jour, ce ne sont que des promesses faites par la hiérarchie, » a déploré une autre source.