La petite localité de Gandié  située dans le département de Biankouma était en ébullition vendredi et samedi comme rapporté par une correspondance régionale. 

 

Selon elle, tout est parti du refus de ressortissants burkinabés de libérer des parcelles de terre qu’ils ont occupées de façon illégale dans la forêt sacrée de Gambié, comme exigés par des autochtones, les Touras.

 

Des échauffourées qui ont abouti à une bagarre, un mort a été enregistré dans le camp burkinabé.

 

En représailles, ceux-ci ont organisé la riposte en incendiant des maisons à Gandié, obligeant les autochtones à fuir se réfugier dans les localités et forêts voisines.

 

Informées, l’armée et la gendarmerie ont été déployées pour empêcher de nouveaux affrontements entre communautés.