«L’accession d’Alassane Ouattara à la tête de la Côte-d’Ivoire a mis en lumière le poids des intérêts familiaux dans la gestion du pays. Oncle, frère, nièce, gendre, beau-frère… : depuis trois ans, les parents directs du chef de l’Etat – qui est entouré de onze frères et sœurs – sont cooptés à un rythme soutenu au sein de l’exécutif, mais également à la tête d’entreprises publiques stratégiques» écrit La Lettre du Continent nº692 du 22 octobre 2014 dans un article haut en couleur soigneusement titré:

Côte d’Ivoire: L’arbre généalogique de Ouattara prend racine au cœur du pouvoir.

Nina Keita, nièce du président, ancien mannequin à New York, est conseillère chargée de la communication du ministre Abdourahmane Cissé. Nina représente son ministère au conseil de gestion de l’Agence ivoirienne de presse (AIP).

Masséré Touré, nièce du chef de l’Etat, chargée de la communication au palais d’Abidjan.

Téné Birahima Ouattara alias «Photocopie» ou «Sherpa», le petit frère est ministre des affaires présidentielles, gère le budget officiel du palais ainsi que que les fonds souverains, gère l’agenda, les déplacements et les prises de rendez-vous médicaux de son frère. Gere aussi régulièrement les dossiers de Sécurité nationale.

Baudin Sarrahn Ouattara, fille de Gaoussou Ouattara, frère aîné de Ouattara, dirige depuis fin 2011 l’Agence nationale de la salubrité (Anasur) qui dépend du ministère de l’environnement.

Lancine Camara, oncle maternel, est président de la Société des transports abidjanais (Sotra)

Malekah Mourad Condé, épouse d’un des neveux du président, dirige la Société de développement du tourisme de la région des lacs (Sodertour-Lacs), Hôtel président à Yamoussoukro et Hôtel La Paix à Daoukro.

Ibrahim Keita, ex-beau-frère de Ouattara, ex époux de la petite sœur Sita Ouattara, préside la Versus Bank.

Benedict Senger, gendre à la tête de Webb Fontaine Côte d’Ivoire (WFCI), filiale de Webb Fontaine. Il a récupéré, au terme d’une procédure de gré à gré, le marché du contrôle et de la vérification des importations dans le pays à la barbe du français Bivac.

Accédez à la totalité. Cliquez

Source: La Lettre du Continent nº692 du 22 octobre 2014