Aux noms des MILLIERS DE VICTIMES des graves violations des Droits de l’Homme en Côte d’Ivoire, liées à l’avènement de M. Alassane Dramane Ouattara au pouvoir  ; notamment  : Les victimes des massacres de Duekoué des 28, 29 et 30 mars 2011  ; Les victimes du massacre de Nahibly du 20 juillet 2012  ; Les détenus politiques du régime Ouattara arrêtés et emprisonnés suite à la crise postélectorale de novembre 2010  ; Les ayants-droits du syndicaliste Basile Mahan Gahé, décédé le 16 septembre 2013 des suites des tortures subies de la part des FRCI et Dozos pro-Ouattara, La FIDHOP, Fondation Ivoirienne pour les Droits de l’Homme et la vie Politique, et l’Association internationale pour la défense des Intérêts du Peuple ivoirien, dite  : ‘’Wêhêbloa’’, basée en Suisse, ont saisi LE CONSEIL DES DROITS DE L’HOMME DES NATIONS UNIES, à son siège de Genève, le vendredi 11 octobre 2013 à 17H35mns.

La plainte comporte une correspondance soutenue par des documents audiovisuels et écrits, où sont présentés et dénoncés de nombreux crimes contre l’humanité, des actes de tortures, de traitements inhumains et dégradants, des sévices corporels…, dont sont victimes les sus-cités dans le pays et précisément dans les prisons et lieux de détention du régime Ouattara.

Pour cet (autre) acte historique, la délégation plaignante était conduite par le Président-Fondateur de la FIDHOP, Dr BOGA S. Gervais, et comprenait  : les Représentants de la FIDHOP-France et de la FIDHOP-Italie  ; le Président de l’Association «  Wêhêbloa  », M. E. ZONSEMONSI  ; ainsi que Me Séri ZOKOU, Avocat-Conseil, membre du Barreau de Bruxelles. POUR LA JUSTICE, L’EQUITE ET LA PAIX EN CÔTE D’IVOIRE…

Fait à Genève, le 17 octobre 2013
Dr BOGA S. GERVAIS Président-Fondateur de la FIDHOP