Les gares routières vont se débarrasser de points de vente de boissons alcoolisées. L’idée est de Touré Adama, président de la Coordination nationale des gares routières des Côte d’Ivoire (CNGR-CI) qui voit dans cette mesure un moyen de combattre l’alcool au volant.

« En quête de stimulants, les chauffeurs se dirigent vers l’alcool vendu en sachet. Ce produit est de mauvaise qualité et cause des complications au niveau de la santé des conducteurs. Nous sommes en pourparler avec la mairie d’Adjamé et nous attendons qu’il donne son Ok pour interdire la vente de l’alcool sur les emprises réservées au transport », a-t-il signifié ce mardi, au lancement d’une campagne de sensibilisation à la sécurité routière dite Semaine ivoirienne sans accident (SISA).

Le produit en question est une variété de liqueur bon marché vendue en sachets de 30ml au prix de 100 fcfa l'unité. Plus connue sous le nom de "Striker" cette dose est très par les chauffeurs de minicars "gbaka" et leurs auxiliaires les "apprentis". De là à trouver la cause du nombre grandissant d'accidents de la route, il n'ya qu'un petit pas.

Le président de la souhaite également que le gouvernement passe à l’application de sanctions exemplaires contre les mauvis conducteurs. A titre d’exemple, une interdiction de conduire sur 5 ans pour les chauffeurs surpris le téléphone au volant et pour les auteurs d’accidents liés à la fatigue pendant la conduite.

Une initiative de l’Organisation des jeunes ivoiriens pour la sécurité routière (OJISER) dirigée par Mlle  Maférima Koné. Cette campagne qui s’étend jusqu’au 31 décembre vise, a-t-elle dit, à « porter le message de la prudence sur les routes et à sauver des vies ».

acturoutes.