Correspondance particulière avec Hervé Coulibaly | Connectionivoirienne.net

 

C’est dans une salle du Movenpick Neuilly, le 25 juillet 2015 que la plate- forme Convergence 2020 a réuni des experts ivoiriens et africains pour critiquer (positivement et négativement) le bilan de la gouvernance du Président Ouattara. De la sécurité militaire, à la pauvreté, en passant par la bonne gouvernance, l’émergence et les relations publiques, les panelistes (le ministre Gnamien N’goran, Dr Cheick Tidiane Gadio, Dr Samuel Nguembock, Dr Soumarey Pierre et M. Diaby Lanciné) ont passé à la loupe tous les aspects du pouvoir de l’actuel président de la Côte d’Ivoire.

 

Parmi les nombreux experts, M. Diaby Lanciné, 51 ans, ingénieur expert des travaux publics et surtout DG du Plan et de la Lutte contre la pauvreté a exposé naturellement sur la lutte contre la pauvreté en Côte d’Ivoire, un terrain de prédilection que le Maire de Samatiguila par ailleurs, maitrise parce qu’il y tient les rênes depuis novembre 2011.

 

Lors des contributions et des questions à l’issue des exposés, une invitée a directement mis en cause tout le travail abattu par le DG à travers un brillant exposé truffé selon elle d’énormes contre-vérités. Vous dites que la pauvreté a reculé, en réalité, elle a redoublé parce que chaque ivoirien ne mange pas à sa faim résumait cette dame. Elle prétendait que les chiffres de l’expert étaient erronés en embrayant sur une indemnisation qu’elle n’aurait jamais reçue, étant une des victimes de la crise post-électorale.

 

 

 

Ces paroles ont blessé l’ego du DG qui a donné des explications pas toujours convaincantes.

 

Pourtant, le conférencier a déployé tout son savoir et son professionnalisme à travers un Power point bien agencé pour développer, expliquer et analyser toutes les actions mis en œuvre par le gouvernement pour lutter contre la pauvreté. Un exposé suivi religieusement par les deux cents personnes que contenait la salle Lemonde de l’hôtel. Malgré la fatigue, due aux deux heures de retard, le public a suivi jusqu’au bout les explications d’un professionnel un peu trop suffisant pour bon nombre de confrères.

 

M. Diaby a commencé par la situation de la pauvreté en Côte d’Ivoire de l’indépendance jusqu’aux années 80, « fondé sur la solidarité avec une politique de redistribution. » A partir de 1980, avec la crise et son lot d’ajustements structurels, la relative opulence de la Côte d’ivoire a pris un coup. Le temps du miracle ivoirien était loin derrière parce qu’en 1990 la baisse des ressources et la dévaluation du CFA ont vite fait de multiplier le nombre de pauvres de façon exponentielle.

 

En 1985, lance l’expert « 10% de la population était pauvre. En 2008, 48,9% de pauvres étaient recensés ».

 

Depuis l’arrivée des Républicains au pouvoir en 2011 suite à une crise sans précédent dans l’histoire du pays, la lutte contre la pauvreté a pris un autre tournant. Les actions directes et indirectes menées sur tous les fronts : Education, sécurité, infrastructures routières… des chantiers que le DG défriche pour faire reculer la pauvreté.

 

C’est aussi avec une certaine sérénité que M. Diaby a fait cas de toutes les réalisations photos à l’appui des réalisations du président en si peu de temps comme il l’a précisé : ponts, école, routes…

 

Cependant l’impertinence de l’homme a épaté le public lorsqu’il a prétendu en répondant à un autre participant que la Côte d’Ivoire n’avait pas besoin de spécialiste en nucléaire (…). Il a été gentiment recadré par son collègue, le Dr Cheick Tidiane Gadio, président de l’Institut panafricain de stratégie (IPS) un autre paneliste.

 

Correspondance particulière avec Hervé Coulibaly