Polémique et clash entre le chef de l'Etat ivoirien et ses adversaires réunis au d'une coalition . Pour des élections transparentes en Côte d’Ivoire , la Coalition nationale pour le changement ( Cnc ) avait réclamé que celles-ci soient sécurisées par l’ONUCI.

Au terme de sa visite d’Etat dans la région du Denguélé, le Chef de l’Etat ivoirien a estimé que la Côte d'Ivoire peut , et doit , se prendre en charge aussi bien au niveau électoral que militaire.

 

Selon lui, la proposition de la CNC n’est pas patriotique.

Cette sortie a suscité la réaction de Mamadou Koulibaly, joint le lundi 25 mai 2015.

« Nous ne sommes pas des patriotes au sens du MPCI, nous sommes patriotes comme des hommes et des femmes responsables politiques qui veulent que nos élections se déroulent ici sans effusion de sang ni mort d'hommes. Nous sommes des patriotes qui refusent que lui Ouattara nous impose ses lois anticonstitutionnelles et ses institutions électorales illégales. Et comme lui ne veut pas que la société civile soit arbitre du jeu électoral et que nous ne faisons aucunement confiance à son arbitrage à lui, qui est candidat comme nos candidats , alors nous demandons qu'un arbitre fort et neutre vienne certifier les processus qu'il nous impose unilatéralement , et que cet arbitre sécurise nos candidats, les électeurs , les résultats. C'est une simple question de bon sens. Autrement il trichera comme il l'a fait par le passé en volant plus de 600 000 voix à Bédié alors qu'il n'était même pas au pouvoir.

 

Ouattara veut connaître le programme de la CNC ? Il n'a qu'à lire la Charte que nous lui ferons parvenir cette semaine et qui contient de façon détaillée le programme.

Accompagne cette Charte, une demande d'audience de la CNC pour aller discuter des conditions d'élection transparentes.
“La Côte d'Ivoire doit se prendre en charge aussi bien au niveau électoral que militaire ?’’ Étonnant d'entendre cela de Ouattara quand on sait que depuis son arrivée au pouvoir sans l'assistance de l'ONU, des USA, de la France, de l'Union Européenne et autre pays amis et alliés il n'aurait rien fait, ni politiquement et financièrement, ni militairement. On peut se demander depuis quand a-t-il décidé de devenir patriote et de se passer de l'aide électorale, de l'aide financière et de l'aide militaire de l'étranger et en particulier de l'ONU »

Par Dosso V
afrikipresse.fr