Maitre Rodrigue Dadjé  nous informe qu'après avoir purgé sa peine le cadre du FPI

incarcéré, pourra quitter librement la maison d’arrêt et de correction d'Abidjan (MACA).

 

Au même titre qu'Assoa Adou (toujours incarcéré, ndlr), Sébastin Dano Ddjédjé (libre, ndlr) ou encore Nestor Dahi (emprisonné), Justin Koua  avait été arrêté et jeté en prison en 2015 après avoir défendu Laurent Gbagbo en qualité de président du Front populaire ivoirien (FPI), d'où sortira l'expression "Gbagbo ou rien", quand une manœuvre politique tentait d'imposer Pascal Affi N'Guessan.

 

Alors qu'en mai 2016, Alassane Ouattara affirmait qu'il n'y avait pas de prisonnier politique en Côte d'Ivoire avant que Michel Gbagbo n'affirme le contraire, après deux ans de prison, en mai dernier, Justin Koua  avait été condamné à 30 mois de prison ferme par la justice  de ouattara