Après ce énième sabotage d'un meeting du FPI, cette fois-ci dans la commune de Port-Bouet, ce samedi 05-04-2014, la messe semble dite quant à la capacité du RDR d'Alassane Dramane Ouattara à favoriser le développement d'un environnement démocratique serein en Côte d'Ivoire. Les sbires du RDR, armés jusqu'aux dents, ont tout bonnement empêché un parti politique légalement constitué de tenir son meeting, et cela au mépris des règles démocratiques qui régissent le fonctionnement des partis politiques dans un État de droit.
Ce régime Dozodramanien est allergique à toute forme d’expression en rapport avec les libertés publiques et individuelles garanties par la Constitution de la Côte d’Ivoire.
Son attitude s’apparente à une pathologie. Il est aux prises avec une vérité qui taraude sa conscience au point qu’il soit à tout moment sur le « qui-vive ». Il fuit, comme on fuirait la peste, cette vérité qui lui revient sans cesse à l’esprit. Cette certitude qui lui fait perdre pied, à chaque fois, est qu’IL EST CONSCIENT ETRE MINORITAIRE.

Pour parler comme l’autre, on pourrait lui poser les questions suivantes : « mon "ami", tu prétends être majoritaire, alors, quel est ton problème . Pourquoi es-tu si frileux ?»

C’est simple. En réalité, le RDR a une peur bleue de tout ce qui pourrait lui renvoyer comme un « reflet de miroir » sa véritable nature de régime minoritaire. Le RDR sait qu’il gouverne « artificiellement » le pays parce que son pouvoir ne repose sur aucune véritable majorité populaire ou sociologique. Ce comportement qu’il nous « sert » est donc celui d’un parti qui pense jouer sa survie à chaque fois que le parti, le FPI, qui détient la majorité réelle dans le pays veut exprimer son droit démocratique, le plus élémentaire, de se réunir. Le RDR adopte la posture d’un "voleur", plus que conscient de son "larcin", et qui croit que le "propriétaire" peut lui reprendre son dû à tout moment, alors que le "propriétaire" n’y pense même pas.

Oubliant que le FPI, le parti du Président Laurent Gbagbo, a fait de l'expression des urnes sa seule devise pour parvenir au pouvoir d'État, le RDR nourrit la crainte de se faire déborder par un raz-de-marée populaire venant de cette majorité silencieuse mais sereine, que représente le FPI, s'il laisse le jeu démocratique se dérouler correctement. Il faut donc qu’il empêche par tous les moyens, y compris par la violence, l’expression démocratique de cette majorité. Et ça, ça s’appelle UNE DICTATURE ! Alassane Dramane Ouattara confirme, ainsi, qu’il est bel et bien UN DICTATEUR.

C I. Yako