Des étudiants handicapés de l’université Félix Houphouët Boigny (FHB) de Cocody (Est Abidjan), sans résidence depuis la crise postélectorale de 2011 ont observé mercredi un sit-in devant le centre régional des œuvres universitaires (CROU) pour exiger les clés de leurs chambres.
Moussa Karamoko, porte-parole des étudiants handicapés physiques
« Nous exigeons les clés de nos chambres, depuis que les universités ont été rouvertes, nous sommes à la maison, nous ne pouvons pas prendre les cours », a déploré le porte-parole des handicapés physiques, Moussa Karamoko.
Les résidences universitaires ont été fermées depuis 2011 pendant la crise postélectorale et restées inaccessibles jusqu’à ce jour pour « des travaux de réhabilitation ».
Rassemblés devant le centre régional des œuvres universitaires et dans la salle d’attente du bureau du directeur, ces étudiants exigeaient de rencontrer les responsables et obtenir « satisfaction de (leur) requête »
« Auparavant nous étions tous logés dans les cités universitaires et nous prenions facilement les cours ; aujourd’hui nous sommes abandonnés, les cours continuent et les handicapés sont à la maison, cela n’est pas normal », soutient Karamoko.
Selon ces étudiants, « un grand nombre de handicapés n’aura pas droit » à une chambre en raison d’un critère sélectif.
« L’attribution des chambres se fait de manière sélective, c’est par type de handicap qu’on va loger les étudiants, celui qui n’a pas un handicap prononcé n’est pas prioritaire, ce qui n’était pas le cas par le passé », a précisé un étudiant.
Sur plus de 400 étudiants handicapés, seulement une centaine devrait être logée.
Lundi, des étudiants se réclamant de la Fédération estudiantine et scolaire (Fesci), le principal syndicat, ont manifesté pour dénoncer entre autres l’occupation des cités universitaires par des éléments de la police du campus et des forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI, armée).
EFI/GBK
alerte-