Le vendredi dans un hôpital général, un malade abandonné a manqué de perdre la vie. L'irritation gastrique due au lavement traditionnel de piment était à la base de la présence de sang dans ses selles. Mais la psychose aidant, un malade de 45 ans a été laissé à l'abandon, soupsonné d'être malade d'ébola.

Le malade se plaignant de plus en plus de douleur, il a finalement fallu sa femme et ses trois enfants pour implorer l'infirmier pour que concrètement un examen physique soit fait avant l'arrivée des services d'urgence de lutte contre la propagation du virus Ebola.

Il sera finalement diagnostiqué sur ce dernier, une inflammation de l'estomac, due une exagération de pigment injecté dans le ventre pendant son lavement traditionnel avec sa pompe. Le malade victime de la psychose ebola s'en sortira avec les prescriptions nécessaires pour stopper sa petite hémorragie. Lui qui une heure avant faisait l'objet de premier cas avéré d'Ebola en Côte d'Ivoire.

Notons que la Côte d'Ivoire ne compte à ce jour aucun cas d'ébola détecté.
Autre source
25/08/2014