Apres la deportation du president Laurent Gbagbo et du
ministre Charles Ble Goude, a la Cour penale internationale (CPI),des informations ont commence a circuler, faisaient etat de ce que le regime d’Abidjan avait decide du transferement du desormais lieutenant-colonel, Issiaka Ouattara,alias Wattao.

Cela pour calmer certainement les critiques des principales organisations de defense de droits de l’Homme, accusant
regulierement le pouvoir ivoirien de pratiquer une justice
des vainqueurs en ne traquant que les seuls partisans de l’ex-chef d’Etat ivoirien, Laurent Gbagbo.Le regime Ouattara avait fait le dos rond sur la question, indiquant qu’a sa connaissance, il n’y avait pas pareille demande de la part de la CPI.

L’on en etait la jusqu’a ce que recemment, le regime d’Abidjan deroule le rouleau compresseur contre l’ex-chef de guerre de Bouake. En l’espace de 24 heures, l’homme a ete ainsi debarque de ses charges de patron de la securite d’Abidjan-Sud et de commandant en second du CCDO. Appreciant peu, la manoeuvre,
Wattao avait fait profil bas, prenant avec philosophie, ce
qui ressemble a une descente aux enfers. Un silence qui s’est
alourdi davantage, ces dernieres heures si on en croit des proches du ≪ Commandant ≫ qui expliquent que l’homme n’est plus joignable depuis quelques jours. ≪Je n’arrive plus a le joindre depuis quelques jours. Et pourtant meme apres son debarquement de son poste de commandant adjoint du CCDO, et de charge de la securite d’Abidjan sud, j’ai echange deux ou trois fois avec lui par telephone mais depuis quelques jours, c’est silence radio. Mon
frere est injoignable et je suis tres inquiet. Meme lorsque je tente d’appeler ses proches collaborateurs avec qui j’avais pris l’habitude d’echanger quand le ‘Commandant’ est occupe, c’est peine perdue car ceux-ci ne m’en disent pas plus quand ils ne m’envoient pas balader≫, s’est inquiete un parent de Wattao, que nous avons eu au telephone.

Un entretien au cours duquel, notre interlocuteur n’a pas cache son anxiete et son agacement. Il revelera que Wattao lui a confie, il ya peu, etre conscient du danger qui le guette meme s’il se dit pret a y faire face, promettant de ne pas couler seul dans l’affaire≫. Poursuivant,la source rapportera les confidences a elle faite recemment par Wattao : ≪ ce que je sais,c’est que les gens veulent ma peau, ils me reprochent le fait d’avoir empeche que l’on tue Gbagbo. Et ils ont promis de me le faire payer. Mais ce que je
m’explique difficilement, c’est pourquoi, voulaient-ils que ce soit moi qui tue Gbagbo ? pourquoi, ne l’ont-ils pas fait lorsque je le leur ai remis ? Pourquoi ne l’ontils pas tue quand Gbagbo etait entre leurs mains aussi bien a l’hotel du Golfe qu’a Korhogo,durant tout son sejour carceral? ≫ aurait questionne le commandant en second de la garde republicaine d’Abidjan-Treichville.Ainsi, donc le Lieutenant-colonel Issiaka Ouattara,- dont ≪ La lettre du Continent ≫, soutient qu’il a garde en lieu sur des enregistrements
compromettants pour le regime actuel, Alassane Ouattara
en tete, sur notamment les liens entre Alassane Ouattara et les exrebelles-,est dans l’oeil du cyclone.

Et ses proches craignent qu’il ne connaisse la meme fin que le regrette Ibrahim Coulibaly dit IB, assassine le 27 avril 2011 par ses anciens compagnons d’armes, devenu genant pour la gloire du nouveau regime d’Abidjan. ≪ J’ai peur que le regime ne simule un coup de force pour attenter a la vie mon frere.
Je le dis parce que je suis convaincu que le pouvoir ne voudra jamais se mettre en danger, en le transferant a la Haye. Il a peur que Wattao ne fasse de graves revelations pouvant fortement le discrediter ≫, a conclu notre interlocuteur, l’air fort preoccupe.
MYRIAM MAKAYOKO
Aujourd’hui 18/08/2014