Parce-que si Madjara Ouattara avait pu parler urbi et orbi comme Antoinette Allany l’a fait sur Rti1, elle ne se serait peut-être pas immolée … Tous, nous attendons la libéralisation de l’espace audiovisuel promise par les gouvernements successifs.La parole guérit, la parole libère.

Au Venezuela Hugo Chavez aussi bien que son successeur Nicolas Maduro ont [eu] des occasions d’échanges avec les téléspectateurs. En Côte d’Ivoire l’on a appris que le président Ouattara est un téléspectateur très exigeant et critique de Rti1 qu’il voudrait au même niveau de qualité et de crédibilité que les télévisions des pays occidentaux. Si on est d’accord que le chef de l’Etat n’a pas le temps d’écouter les problèmes individuels de 22 millions d’habitants, si on est d’accord que ses collaborateurs peuvent décider à raison, qu’il ne faut pas le perturber avec certains dossiers, si on est d’accord que si Madjara avait pu expliquer à la Nation son problème, de la même manière que l’a fait en direct Antoinette Allany [en dehors des excès et du dérapage de l'artiste-ce qui est plus acceptable du reste qu'une immolation], si on est d’accord que cela ne doit pas se reproduire, si on se souvient que la tribune le «Grognon » du journaliste Soro Solo était un bon espace de catharsis, un cadre pour poser les problèmes et trouver des solutions, longtemps avant appels sur actualité de Rfi, et les nouvelles conquêtes de liberté dans nos démocraties tropicales, alors il faut créer des espaces pour libérer la parole, pour écouter et assurer la prise en charge psychologique et sociale, même des personnes les plus insoupçonnables . Car personne n’est à l’abri.

connectionivoirienne.net
01/06/2014