Les occupants illégaux du Mont Péko dans l’Ouest de la Côte-d’Ivoire refusent de partir. Ils demandent un délai de trois ans pour déguerpir les lieux. Ces occupants officiellement « clandestins », pour la plupart de nationalité Burkinabè, ont même débuté une compagne médiatique [lire le Patriote du vendredi 20 juin 2014] pour soutenir cette « doléance ».

Selon nos informations obtenues auprès de certains éléments d’Amadé Ouéremi, un journaliste du quotidien le Patriote, Alexandre Lebel Ilboudo aurait perçu la somme de 5 millions de FCFA pour monter la propagande. Ces derniers [éléments d’Amadé Ouéremi] règnent toujours en maître dans les forêts de la réserve du Mont Péko, où ils exploitent depuis plusieurs années diverses plantations de café, cacao, hévéa, bananes, riz etc. ainsi que du diamant et d’autres minerais.
CONNECTIONIVOIRIENNE
23/06/2014