Le général de corps d’armée Michel Gueu, chef d’Etat-major particulier du chef de l’Etat Alassane Dramane Ouattara, vient d’être limogé par ce dernier, sur fond de rumeurs de coup d’Etat. Il devient Président du Conseil d’Administration de Côte d’Ivoire Télécom, loin des armes.
Il est remplacé au poste très sensible de chef d’Etat-major particulier du chef d’Etat par le général de brigade Diomandé Vagondo, précédemment Commandant du Groupe de sécurité présidentielle (Gspr). Lui-même est remplacé à la tête du GSPR par le lieutenant-colonel Diarrassouba Bakary. Simple jeu de chaises musicales.
Comme on le voit, toutes ces nominations sont marquées par leur caractère hautement tribal et ethnique. Seuls les nordistes sont encore une fois de plus promus.
Ainsi va le rattrapage ethnique en Côte d’Ivoire.
Le général Michel Gueu se voit ainsi récompensé en monnaie de singe par Ouattara, pour qui il a pris les armes depuis 2002 aux côtés d’un certain Guillaume Soro, alors secrétaire général des ex-Forces Nouvelles, la rébellion armée contre le régime de Laurent Gbagbo.
Le Général Gueu était même avec Ouattara au Golf Hôtel, QG des ex-rebelles des FN, durant toute la période de la crise post-électorale. C’est de là qu’il dirigeait les opérations militaires pour le compte d’Alassane Ouattara, le candidat de la communauté internationale.
Aujourd’hui, il est jugé peu sûr par le chef de l’Etat, qui craindrait un coup tordu de la part de ce officier général. Des rumeurs de tentative de coup d’Etat lui seraient même attribuées, d’où son limogeage brutal et sa mise à l’écart comme PCA de CI-Telecom.
Il n’est pas le premier officier général à avoir été mis à l’écart par Ouattara après l’avoir soutenu. Les cas des Généraux Mathias Doué, ex-chef d’Etat-major des armées sous Laurent Gbagbo passé ensuite à l’ennemi, et Detho Letho (ex-chef d’Etat-major de l’armée de terre sous Gbagbo avant de rejoindre Ouattara au Golf), et des Colonels Jules Yao Yao (ex-porte-parole des Fds sous Gbagbo), et Gaoudi Oulatta, sont les plus emblématiques.
Tous ces officiers ont en commun d’avoir trahi Laurent Gbagbo pour Ouattara. Avant d’être eux-mêmes trahi ce dernier.

Serge ll