Notre collègue, Bamba Mafoungbé, journaliste au journal Le Temps, a été rudoyé ce matin aux environs de 10 heures, à Port-Bouet, par la garde de Ouattara, à l’ouverture du Sara. Sous prétexte qu’il n’a pas le droit d’y être. Alors qu’il avait une accréditation pour couvrir l’événement. Nous condamnons fermement cette violation de la liberté de presse. Comment peut-on empêcher un journaliste de faire son travail. Tout a une fin.

Fréjus Koffi