Le chargé en communication adjoint du président EssyAmara a été liberé ce mercredi, avant l’expiration de l’ultimatum de 48h lancé par Christian Vabé au régime Ouattara, a-t-on appris de source proche d’Essy Amara, ex-président de la Commission de l’Union africaine et candidat à l’élection présidentielle de 2015.
Aucune charge n’a été retenue contre Bamba Souleymane, qui a pu regagner son domicile abidjanais ce mercredi en fin de matinée. Selon ses proches, c’est un homme éprouvé et groggy qui a été libéré.


Joint par IvoireBusiness, Christian Vabé, président du rassemblement du peuple de Côte d’Ivoire Alternative crédible, tout en dénonçant les méthodes dignes d’un état voyou du régime, a promis s’adresser à la nation dans les heures qui viennent.
Bamba Souleymane avait été arrêté dans la nuit de samedi à dimanche par des hommes lourdement armés qui criaient « allons chez ton patron ». Essy Amara était donc visé par cette arrestation d’un de ses collaborateurs, dans le but de l’intimider et l’obliger à retirer sa candidature à l’élection présidentielle de 2015 à laquelle le chef de l’Etat tente d’opérer un passage en force, malgré son inéligibilité selon l’article 35 de la Constitution.
Nous y reviendrons.

Eric Lassale