«Un militant mal formé est dangereux non seulement pour son parti mais aussi pour la nation ». Cette maxime, plusieurs intervenants l’ont eue à la bouche, au cours de la rentrée solennelle de l’Ecole du parti, samedi, à la Bourse du travail de Treichville. Effectivement, la formation des militants s’avère encore plus nécessaire, au regard des malheureux incidents qui s’y sont déroulés, pendant la distribution d’ordinateurs portables, de vidéo-projecteurs et de clés internet parle secrétariat général adjoint, chargé de la Formation et de l’Ecole du parti. La scène que des militants, et non des moindres, ont présentée à l’assistance était tout simplement insoutenable. Des responsables locaux qui se sont administrés des coups de poings pour des questions de leadership.

Tous les directeurs de l’Ecole du parti, issus des communes
d’Abidjan, passaient pour récupérer leur lot, sans histoire, jusqu’à ce que le tour d’Abobo arrive. Le responsable de la commune martyre, appelé au micro, se
présente pour prendre le matériel. Au même moment, des grognements se font entendre. Des militants d’Abobo ne reconnaissent pas ce dernier comme le responsable choisi pareux. Mais, le lot lui est tout de même remis. Deux minutes plus tard, l’on constate un remue-ménage dans la salle. Un véritable échange de coups de poings entre les deux parties opposées s’ensuit. Devant le secrétaire général par intérim, Amadou Soumahoro, les secrétaires généraux adjoints, Koné Kafana, Konaté Sidiki, Lémassou Fofana, la ministre Kandia Camara, la député Amy Toungara, épouse du maire d’Abobo, et bien d’autres responsables du parti.
AUTRE SOURCE