De source extrêmement proche du dossier, le Gruman présidentiel utilisé par le chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara pour ses déplacements à l’étranger, est immobilisé depuis deux semaines dans l’aéroport franco-suisse de Bâle. Cette immobilisation serait en rapport avec les pressions exercées par la France sur lui afin qu’il accepte une transition en douceur en Côte d’Ivoire en 2015 selon cette source.

Il y a quelques jours, le Directeur de la Communication du Quai d’Orsay, Romain Nadal, annonçait sur la Voix de l’Amérique « qu’une transition politique s’imposait en Côte d’Ivoire et qu’elle ne devrait pas excéder 18 mois ». Coïncidence troublante entre l’immobilisation de l’avion de Ouattara et les déclarations du Quai d’Orsay.

 

Disposant de deux Grumans présidentiels, c’est avec le second que Ouattara aurait quitté la Côte d’Ivoire le 08 août dernier pour une visite privée en France de un mois.

Selon nos informations, rien ne justifie que son avion soit bloqué sur le tarmac de l’aéroport de Bâle en Suisse si ce ne sont pas des pressions politiques françaises pour l’amener à quitter le pouvoir en 2015. Ces pressions rappellent étrangement celles contre le Président Laurent Gbagbo en 2010.

En effet, suite aux pressions de toutes sortes de l’époque, un avion de Laurent Gbagbo avait été bloqué dans le même aéroport franco-suisse de Bâle par les autorités françaises à la demande d’Alassane Ouattara pour l’obliger à lui céder le pouvoir. La suite on la connaît.

 

Un article du journal français Le Point daté du 26 décembre 2010 le confirme (http://www.lepoint.fr/monde/l-avion-de-laurent-gbagbo-bloque-dans-un-aer...).

 

L’histoire serait-elle en train de se répéter ?

Les choses seraient même en train de s’accélérer selon une source diplomatique sous couvert d’anonymat.

 

Mireille (Mimi) Kouamé