S’acheter des « Like » sur Facebook est devenu la mode chez certains cadres pro-Ouattara en panne de popularité. Il est vrai ils ne sont pas les seuls, car du côté de l’opposition nous trouvons Lider propulsé par la « belle » Nathalie Yamb, femme à tout faire du parti.

Après avoir ouvert la voie sur Facebook et Twitter, Soro Guillaume a fait des émules. Et comme il fallait s’y attendre, Hamed Bakayoko son rival de toujours, dans la course à la succession d’Alassane Ouattara, lui a emboîté le pas.


Si les deux hommes se sont un peu calmés dans leur acharnement à se montrer populaires dur Facebook, tel n’est pas le cas chez certains de leurs jeunes frères. Les exemples les plus connus aujourd’hui sont Touré Mamadou, le conseiller technique du président Ouattara chargé de la jeunesse et le député Alphonse Soro, qui de l’université de Cocody, a rejoint la rébellion pour être bombardé préfet rebelle de Korhogo et «ministre de l’anacarde et du coton». Il tente vainement de se faire passer pour un intellectuel respectable présentement. Les deux hommes qui font sponsoriser leurs pages Facebook ont remué ciel et terre pour être nommés à la place d’Alain Lobognon, qui a été viré du gouvernement, non pas parce qu’il avait trempé dans l’affaire du détournement des primes des Eléphants, mais bien parce qu’Alassane Ouattara voulait se séparer de lui, depuis un bon moment, à cause de son caractère impulsif dans le traitement de dossiers sérieux. En dépit de tous leurs efforts financiers, les internautes ne se précipitent pas sur leurs pages. Comme on le voit, la popularité ne s’achète pas, elle se mérite.

M. Nandji