Le principal syndicat des enseignants des universités publiques de Côte d’Ivoire, la Cnec a annoncé vendredi une “grève immédiate et illimitée “ pour exiger une revalorisation des primes de recherche et des salaires liée à l’application du système licence-maitrise-doctorat (Lmd) , après une assemblée générale à Abidjan.

Les professeurs réunis au sein de la coordination des enseignants du supérieur et des chercheurs de Côte d’Ivoire (CNEC) “exigent la revalorisation et la trimestrialisation des primes de recherche » qu’ils perçoivent deux fois dans l’année en raison de 400.000 FCFA par versement et un relèvement des heures supplémentaires fixées actuellement à 5.500 FCFA pour les maitres-assistants et à 7.000 FCFA pour les professeurs titulaires.


En plus de ces revendications, les syndicalistes réclament une augmentation de salaires par rapport à l’application du système lmd en conformité avec les recommandations du Réseau de l’enseignement supérieur en Afrique de l’Ouest (RESAO), selon le Secrétaire national chargé de la mobilisation, Dr Kouassi.

L’organisation syndicale qui a observé une grève de trois semaines en janvier avait levé son mot d’ordre le 10 février 2015 pour poursuivre les négociations entamées avec le gouvernement, selon son porte-parole, Johnson Kouassi.

Il a affirmé que le Premier ministre avait promis réglé les revendications de l’organisation au plus tard le 31 mars 2015.

« Nous sommes à une étape où on devrait avoir toutes les résolutions signées, mais (jusqu’à ce jour) nous n’avons eu aucun écho », a regretté le porte-parole de la Cnec.

La coordination n’a pas participé vendredi à la rencontre avec le Premier ministre à laquelle elle était conviée vendredi.
ABL