Depuis le jeudi matin, le Congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (Cojep), le mouvement de Charles Blé Goudé organise un colloque international sur la paix en Côte d’Ivoire. A l’ouverture des travaux, la représentante spéciale du secrétaire général de l’Onu, la nigérienne Aïchatou Mindaoudou, était présente. Elle n’a pas fait de déclaration solennelle. Mais la patronne de l’Onuci a accepté de s’adresser à la presse. Interrogée sur sa compréhension du message adressé par Charles Blé Goudé aux Ivoiriens, madame Mindaoudou s’est félicitée de la teneur de ce message tout en se permettant ce commentaire : « Le seul commentaire que je peux faire c’est de féliciter Charles Blé Goudé pour cette option de la consolidation de la paix et surtout souhaiter que ses militants aillent dans le sens de cet appel. Cet appel à la tolérance, cet appel à la fraternité ».

 

Aïchatou Mindaoudou a ajouté que la consolidation de la paix requiert la participation de tous et qu’elle comptait sur les Ivoiriens pour bâtir définitivement la paix dans leur pays.

Dans son message lu par Sita Coulibaly membre du bureau national du Cojep, Charles Blé Goudé a précisé que ce colloque n’était pas une célébration de la paix mais un cadre de réflexion. Pour lui, même si les Ivoiriens sont devenus ce que la crise a fait d’eux, les inviter à parler de paix ne saurait être un signe de reniement. Bien au contraire, pour le président fondateur du Cojep incarcéré à La Haye, il s’agit-là d’anticiper pour prévenir d’autres crises postélectorales car en définitive, soutient-il, « faire la politique, c’est construire l’avenir. »

Le colloque international qui s’est ouvert ce jeudi a pour thème : « Construire la paix dans l’esprit et le cœur des hommes – Côte d’ivoire : un tout qui a besoin de tous ». Sur ce thème, l’auditoire a eu droit à une leçon inaugurale du professeur Malick N’diaye de l’Université Cheick Antar Diop de Dakar. Dans la conclusion de son exposé, l’universitaire a appelé la classe politique ivoirienne à faire le nécessaire sursaut afin qu’il n’y ait plus jamais de crise postélectorale en Côte d’Ivoire. Il a appelé le président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro à aller chercher son ami Blé Goudé à La Haye et à Alassane Ouattara, le chef de l’Etat d’aller parler avec son ami Laurent Gbagbo comme au temps du « Front républicain. »

SD à Abidjan