Coup de tonnerre à la CPI/ Le témoin P483 se retourne contre Bensouda: « Rendez-moi mon passeport ». « Je n’ai pas d’argent, je ne suis pas bien traité ».

Coup de tonnerre à la CPI/ Le témoin P483 se retourne contre Bensouda: « Rendez-moi mon passeport ». « Je n’ai pas d’argent, je ne suis pas bien traité ».

Le témoin de Fatou Bensouda qui se fait appeler « Junior Gbagbo », a crée l’émotion hier à la Cour pénale internationale lors de son premier jour d’audition par l’accusation.

En effet, avant de clore la séance, le témoin P483, prit la parole et contre toute attente réclama son passeport et dénonçait les mauvais traitements infligés par le bureau du procureur. Voici les minutes de ces échanges surréalistes.

 

Junior Gbagbo : «Je n’ai pas été bien traité. On m’a pris mon passeport, on m’a dit que je rentrerai dans 4 jours. J’ai besoin de mon passeport. J’ai de la famille que je n’arrive pas à joindre. Je n’ai pas d’argent, je ne suis pas bien traité. Je n’ai pas pu me reposer depuis mon arrivée. J’ai eu des problèmes d’oreille dans l’avion, on ne m’a rien donné depuis mon arrivée contre le mal. »

Le président : «Qui vous traite mal ? »

Junior Gbagbo : « Les gens de la sécurité que j’ai rencontrés. Ils ont pris mon passeport. Je ne peux rien sans mon passeport. »

Le président : « Vous êtes venu ici pour déposer. Je laisserai des consignes. Vous retrouverez votre passeport quand vous sortirez d’ici, reposez-vous. On se retrouve demain à 9 heures et demi ».

Ambiance.

Comme on le voit, « Junior Gbagbo », ce nouvel espoir de Fatou Bensouda contre Gbagbo et Blé Goudé, a accouché d’une souris, se payant le luxe de devenir un témoin hostile contre le procureur.

Déjà à l’entame de son audition, après avoir affirmé qu’il se faisait appeler « Junior Gbagbo » pour son amour pour le Président Gbagbo, il a blanchi ce dernier et enfoncé Bensouda : « Nous n’avons pas reçu d’armes de l’armée ivoirienne. Nous avons récupéré des armes avec les rebelles du MPCI. Nous sommes venus du Liberia avec nos propres armes du MODEL ».

Son audition se poursuit ce mercredi 16 novembre 2016 à la Cour pénale internationale.

 

Michèle Laffont

Correspondante permanente aux Pays Bas