La délégation de l'Union des nouvelles générations (Ung) et le Comité de pilotage des actions de la diaspora sont actuellement amers. Leur manifestation prévue pour hier mardi, à La Haye pour soutenir l'ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, a été interdite par le maire de la ville neerlandaise.

En effet, il y a de cela un mois, à l’initiative de la délégation Europe de l’Union des nouvelles générations (Ung), une campagne de mobilisation avait été lancée pour manifester devant la Cour pénale internationale (Cpi) hier. Cette date avait été choisie, selon nos sources, parce qu’elle coïncidait avec la remise aux juges des observations de la Défense sur le document complémentaire des charges contre le président Laurent Gbagbo. Il s’agissait donc pour les pro-Gbagbo de la diaspora de mettre la pression sur les juges pour une appréciation objective et dépourvue de toute considération partisane des éléments de preuves.
Pour la circonstance, les organisateurs du voyage à La Haye ont reçu un soutien financier conséquent de la part de certains amis européens et africains. Ce soutien, selon notre informateur, a permis de subventionner la vente des billets (aller-retour) qui sont revenus à 10 euros, soit 6500 F CFA au lieu de 30 euros, soit 19500 F CFA, comme tarif ordinaire. L’engouement a dépassé les prévisions car les billets étaient déjà en rupture dès le 5 avril. Lundi dernier jour du départ, poursuit notre source, ce sont environ 11 cars de 60 places remplis, dont 9 à Paris, 1 en Belgique et 1 en Allemagne, qui devraient prendre la route de la ville neerlandaise. Contre toute attente et alors que l’autorisation pour la manifestation avait été accordée depuis un mois, les pro-Gbagbo sont saisis d'une décision d'annulation de leur manifestation, prise à la dernière minute par le maire de La Haye, cela pour deux motifs. Primo, parce qu’il n’y a pas d’audience le 15 avril à la Cpi comme annoncé, et secundo parce que ce même jour, devait se tenir une grande marche des travailleurs Hollandais à La Haye.
Le délégué Europe de l'Ung, Arsène Touho, que nous avons joint pour en savoir plus, nous a confirmé l’information, qu’il venait lui-même de vérifier avec Ben Gneba, le représentant du Comité de pilotage des actions de la diaspora (Cpad) en Hollande et chargé de l’obtention de l’autorisation. Arsène Touho a indiqué qu’il a un profond doute sur les motifs d’annulation de la manifestation. Pour lui, le motif relatif à l’audience est fallacieux puisque plusieurs manifestations ont déjà été autorisées par le passé, alors qu’il n’y avait pas audience. Le motif de la marche des travailleurs Hollandais « n’est pas moins fallacieux », ajoute-t-il, car ce n’est seulement avant-hier lundi que le maire en a eu l’information. Toutefois, face à la pression des pro-Gbagbo, le délégué Arsène Touho les a invités à se plier à la décision du maire de La Haye quand bien même ''elle était illégale et tardive'' plutôt que de laisser partir les cars et d’exposer les Ivoiriens aux représailles de la police. Une nouvelle date est à l'étude pour cette manifestation des partisans de Laurent Gbagbo à La Haye.
L'INTER