La Police nationale a interpellé ce 6 avril, 18 individus soupçonnés d’avoir pris part, dans la nuit du 5 et 6 avril, à la destruction du matériel de construction d’un centre de dépistage du Covid-19, à Yopougon-BAE.

Selon le Commissaire de Police Bleu Charlemagne, porte-parole de la Police nationale, ils répondront de leurs actes devant les tribunaux. Invité sur le plateau de la télévision nationale, au cours du journal de 13h, le commissaire a saisi l’occasion pour inviter les populations à la discipline et au civisme.


Faut-il rappeler, plusieurs dizaines de jeunes du quartier BAE, dans la commune de Yopougon, sont sortis de façon spontanée dans la nuit du 5 avril, pour s’opposer violemment, à la construction d’un site de dépistage au Stade de la BAE. Ils considèrent ce site comme étant trop proche des lieux d’habitation. Ils estiment que ce site contribuera à propager la maladie à Yopougon.


Ils dénoncent surtout, le déficit de communication qui entoure ce projet, faisant le lit aux rumeurs. Suite à l’intervention du Préfet d’Abidjan, Vincent Toh Bi Irié, les travaux ont finalement repris. Sous le regard bienveillant de la Police et la Gendarmerie. Celui-ci a indiqué qu'il y aura des centres de dépistage dans tous les quartiers d'Abidjan pour informer les populations afin d'éviter la propagation de la maladie.


Le commissaire Bleu Charlemagne a par ailleurs appelé les tenanciers de maquis qui continuent de vendre discrètement la boisson dans leur domicile, de mettre fin à cette pratique, s’ils ne veulent pas être mis aux arrêts.