Les dates de ce procès qualifié de tous les dangers par les observateurs avertis de la crise ivoirienne ne sont pas encore connues. Toutefois, la confirmation des charges contre Laurent Gbagbo le 12 juin dernier par la CPI,ouvre selon des sources, grandement la porte des grands déballages. Vu la qualité des témoins qui veulent déposer en faveur de Laurent Gbagbo…

L’éminent avocat français, Maître Norbert Tricaud qui connaît et maîtrise très bien les rouages de la CPI faisait savoir récemment au cours d’une conférence publique tenue à Paris que dans un procès d’une telle envergure,une chose compte avant tout : «Le calibre et la qualité des témoins que les parties présentent à la barre… » Le président Laurent Gbagbo pourrait avoir à ce jeu dit-on, une bonne pioche pour ce qui constitue le premier procès d’un ancien chef d’Etat africain à être jugé à la Haye.

Selon une source digne de foi et de première main qui a requis l’anonymat au vu des enjeux, plusieurs anciens chefs d’Etats africains ont d’ores et déjà exprimé à qui de droit, leur ferme volonté d’être présents au procès en qualité de témoins. Et pas n’importe qui. Des témoins qui ont tous vécu de près ou de loin et suivi de bout en bout, la montée en puissance de la crise ivoirienne depuis 2000 jusqu’à l’odieux coup d’état de la France en avril 2011. «Maintenant que la CPI veut faire le procès de la victime en laissant bien à l’écart les bourreaux, des sachants qui ne sont forcément pas des amis de Gbagbo mais s’insurgent contre cette justice internationale aux ordres, entendent se mobiliser pour l’éclatement de la vérité. Pour l’instant on va taire les noms.
Mais je puis vous assurer cher monsieur que d’anciens
chefs d’Etat et même des présidents en exercice pourraient se retrouver à la Haye pour témoigner en faveur de Laurent…» Tranche notre source qui à l’évidence en sait beaucoup plus qu’il n’a voulu nous en dire.

Est-ce donc ce qui explique la sortie de l’avocat du président
Gbagbo qui a commenté au lendemain de la décision des juges que : « Ce procès sera celui des tenants de la France Afrique (…)
C'est une bonne décision. C'est une étape nécessaire pour le dévoilement de la vérité (…) Le président Gbagbo est satisfait. Il l'a dit et répété : il veut, pour l'histoire de la Côte d'Ivoire, que toute la vérité éclate (…) » Comme on le voit, ce procès pourrait être celui des grands déballages qui vont faire tomber des grosses têtes. Qu’elles soient africaines ou occidentales.
AuGuSTIn Djédjé
djedjenet64@yahoo.fr
Aujourd’hui du Mardi 22 Juillet 2014