Recevant les artistes zouglou à qui il a promis de mieux les organiser, Soro Guillaume a fait une déclaration surprenante, immédiatement postée sur les réseaux sociaux, par ses nombreux relais. Voici ce qu’il dit : «Bien sûr il y a le principe de la séparation des pouvoirs, mais en tant qu’ancien leader du mouvement estudiantin, je ne peux pas rester indifférent quand il y a des troubles ou un début de crise à l’université. Pour ces raisons-là, j’ai décidé de demander à rencontrer le président de la République, SEM Alassane Ouattara, et le gouvernement. Ce, afin que ma connaissance des questions universitaires et mon passé de militant syndicaliste étudiant puisse servir à ramener la paix, la quiétude et la tranquillité ».

 

On aurait pu dire alléluia, gloire à Dieu, Soro va ramener le calme sur le campus, si on ne connaissait pas les méthodes de l’ancien chef rebelle, qui peut vous embrasser devant tout le monde et vous planter un couteau quand tout le monde a le dos tourné. Ce n’est pas le président Gbagbo ou Blé Goudé qui diront le contraire. Et plus grave, Soro qui était interrogé par les journalistes et qui a vite fait de faire publier sa déclaration sur les réseaux sociaux, dit que l’appui qu’il compte apporter au gouvernement qu’il s’est gardé de qualifier d’incompétent, se fait « sans bruits, loin des médias ».

 

Pour certains, il est fort à douter que Soro ne soit pas étranger à tout ce qui se passe sur le campus, et pourquoi pas beaucoup de choses qui se passent dans le pays. Suivez mon regard.

 

Elvis Nangui