L’information vient de l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique. En effet, selon nos confrères, le tribunal militaire d’Abidjan a auditionné des têtes fortes des FRCI proches du président Alassane Ouattara.

 

Plusieurs hauts gradés proches du Président Alassane Ouattara ont été inculpés, suite aux exactions qui se sont perpétrées pendant la crise postélectoral de 2011. Il s’agit du colonel Kokou Sako, officier de cavalerie, ancien commandant du Cciat (Centre de commandement d’Inter-armée tactique), du lieutenant-colonel Touré Hervé dit « Vétcho », du lieutenant-colonel Koné Zakaridja alias Koné Zacharia, du lieutenant-colonel Mourou Ouattara, du commandant Koné Seydou dit « Oustaze » qui était en charge de la zone de l’Agneby après la chute de Laurent Gbagbo, du lieutenant Kpi Patrick qui était chargé des relations extérieures à l’Empt de Bingerville du lieutenant Duran dit « Ali » et du Colonel-major Doumbia Lacina, actuel patron des Forces spéciales de l’armée ivoirienne et ex-Commandant du 1er bataillon d’infanterie d’Akouédo.

 


En plus de ces huit chefs militaires, l’hebdomadaire panafricain cite également Chérif Ousmane, dit Papa Guépard, ex-comzone du fief rebelle de Bouaké (Centre), qui juste après la crise, avait été promu commandant en second du Groupe de sécurité de la garde républicaine (Gspr), Losseni Fofana dit « Loss », ex-comzone de Man (Ouest) et actuel chef de la Brigade de sécurisation de l’Ouest (Bso), le lieutenant Daouda Koné dit «Konda », ancien chef militaire de Duékoué, et le lieutenant Eddie Medy, ancien chef du service de Danané.
A.N.