Nous ne pouvons accepter qu'on veuille nous imposer un chef de file désigné par le Pouvoir

Nous ne pouvons accepter qu'on veuille nous imposer un chef de file désigné par le Pouvoir

Nous ne pouvons accepter qu'on veuille nous imposer un chef de file désigné par le Pouvoir. Une telle mesure apparaîtrait comme un habit taillé sur mesure pour une seule personne. Nous refusons cette immixtion du Pouvoir d’Etat dans une décision exclusivement réservée à l’opposition car le prétexte trouvé par les actuels occupants du palais présidentiel est loin de la convaincre.

 

C’est peu pertinent. Il y a trop d'incongruités dans cette décision. Et si le candidat n'a pas de parti, s'il n'est pas leader d'un parti politique ? N'oublions pas que la Présidentielle est un rendez vous d'un individu avec le peuple. 

Aussi, c'est depuis 2012 qu’un avant projet avait été élaboré au sein du Cadre permanent de discussion (CPD). Une première mouture dans laquelle, il n'est jamais apparu, la désignation d'un chef de file. C'est plus tard, au cours d'un séminaire organisé par le NDI (National Democratic Institut Ndlr), que j'ai moi-même fait cette proposition qui a été aussitôt rejetée par l'ensemble de l'opposition (y compris affi n'guessan).

 

Alors, aujourd'hui je suis fort surpris face à ce projet de loi fixant les critères de désignation d'un Chef de file contrairement à ce que l'opposition a toujours exprimé. Je refuse cela."
DANIELLE BONI CLAVERIE, présidente de l’Union républicaine pour la démocratie (UDR)

(Résumé de propos, Jeudi 7 Avril, source eventnewstv.)