Le Président du 4ème congrès ordinaire du Front populaire
ivoirien (FPI), le Pr Sébastien Dano Djédjé a animé hier,
au QG du FPI, une conférence de presse au cours de laquelle
il a annoncé, le maintien des assises qui s’ouvrirent aujourd’hui. Après sa conférence de presse qui a été suivie de celle du directeur de campagne du président Laurent
Gbagbo, Dr Assoa Adou, plusieurs dizaines de policiers
ont investi, aux environs de 15h, le siège du FPI, « à la recherche des dignitaires du parti » sous prétexte que des
cargos de jeunes délinquants seraient en direction dudit
siège pour le saccager. Ces forces de l’ordre ont même
voulu embarquer le professeur Dano Djédjé « pour le
mettre à l’abri ». Et il n’a eu son salut que grâce aux militants
présents au QG du parti qui ont fait montre de courage
et de détermination militante pour faire barrage à ce rapt.
Car l’objectif inavoué, selon des sources biens introduites,
était de conduire le président du comité d’organisation à la
télévision nationale afin qu’il fasse une déclaration dans laquelle il reporterait le congrès à une date ultérieure, ignorant certainement que la quasi-totalité des militants du FPI ne regardent pas la Rti et donc cela n’aurait pas l’effet escompté. Mais déjà au cours de sa conférence de presse, le
président du comité d’organisation du 4ème congrès du
FPI, face au refus du régime de céder le Palais des sports de
Treichville, dans une déclaration relayée par les réseaux
sociaux, s’est montré très ferme. « Le ministre Dano
Djédjé, Président du Comité d'Organisation du Congrès demande à tous les militantes et militants du FPI et au peuple
de Côte d'Ivoire de rester sereins, il va bien et informe que
le Congrès aura lieu demain, aux heures indiquées et désormais au QG du FPI à Cocody Attoban (devant le refus du pouvoir de céder le Palais des Sports). Il demande à tous
d'être mobilisés pour le triomphe de la démocratie et
des libertés, dans le respect de tous et de chacun, mais dans
la fermeté… j’invite donc les ‘'6000 membres statutaires''
du congrès à rallier ce matin le lieu du congrès», a dit le
PCO du 4ème congrès du FPI. Avant d’ajouter « mon équipe
et moi avons travaillé d'arrache- pied pour ne pas être
pris à défaut quant à la tenue du congrès ». Au cours de
cette même rencontre avec la presse, suite à une question
d’un journaliste relative au report du congrès par la justice
ivoirienne, le président du comité d’organisation a dit ne
pas être au courant d’une quelconque décision de justice.
« Je ne suis pas au courant d'une quelconque décision de justice reportant le congrès. Si l'on m'envoie
cette décision je la transmettrai au comité central qui donnera une suite. Pour l'heure, le Comité central ne m'a rien dit. Donc, le congrès se tient, jeudi'' a indiqué le Pr Dano, se
disant ‘' frustré et peiné par tout ce qui se passe'' autour
du congrès. « Ceux qui s'agitent pour diviser le FPI ont
des agendas cachés sinon que vient faire la justice dans
notre affaire ? », a-t-il déclaré avant de préciser «le juge qui
a pris l'ordonnance ne sait pas le fonctionnement du FPI ».
Alors qu’il était de ceux qui dénonçaient hier une justice
aux ordres, pour Affi N’guessan, la justice est désormais
crédible en Côte d’Ivoire. Dans une déclaration produite en
Octobre 2014 et relative au procès en assises des pro-
Gbagbo, Affi N’Guessan dénonçait “une justice des
vainqueurs’’ en Côte d’Ivoire, affirmant que “ce procès est le
pendant national de Laurent Gbagbo à la Cour pénale internationale’’. « Ce procès est un procès politique. La qualité des personnalités concernées, le choix de la Cour d’assises pour les juger et le contexte de ce procès le montre’’, a déclaré Pascal Affi N’Guessan, lors d’un point de presse au siège du FPI. Pour obtenir le report du congrès du FPI et même invalider la candidature du président Laurent
Gbagbo, Affi N’guessan a trouvé subitement, en cette
‘’justice des vainqueurs’’, une impartialité légendaire ! Notons
que dans leur tentative de nuire au FPI, Affi et ses alliés
du pouvoir, par le truchement du juge Ahmed
Souleymane Coulibaly, président du Tribunal de 1ère Instance d'Abidjan avait pris mardi, une ordonnance N°
3682/2014 aux fins de reporter le congrès initialement
prévu pour les 11, 12,13 et 14 décembre. Le magistrat dit
s'être fondé sur la requête en ‘'annulation du congrès'' introduite auprès du tribunal par Affi N'guessan. Cette décision de la justice a été signifiée au FPI représenté par
Agnès Monnet, la Secrétaire générale et porte-parole du
parti. Aujourd’hui est donc un grand jour dans l’histoire du
FPI. Car les militants déterminés entendent faire bloc autour
de la personne de
Laurent Gbagbo.

autre presse