Alors que la polémique suscitée par la publication de ses photos ne s’estompe pas, Charles Blé Goudé a été entendu par le juge. Dans le plus grand secret

Ce sont bien les photos de Charles Blé Goudé et de Jean-Yves Dibopieu dans leurs cellules de la Dst qui
ont fait l’actualité ces derniers jours. Ces photos disséquées sous toutes les coutures ont entraîné une
vive polémique sur les vrais desseins des auteurs de leur publication sur les réseaux
sociaux et ensuite dans la presse. Par contre, ce que l’opinion ignorait, c’est que, le mardi,
Charles Blé Goudé a été entendu pendant environ 6 h par le doyen des juges d’instruction,
M. Victor Coulibaly Ousmane. Cela s’est passé dans un lieu gardé secret par toutes les parties prenantes à la procédure. Cette fois, l’ancien ministre de la Jeunesse a été entendu sur le fond des
accusations portées contre lui par le régime d’Alassane Ouattara. C’est la première fois que cela se passe depuis plus d’un an que Charles Blé Goudé, arrêté au Ghana, est dans les liens de la détention.
Et l’audition devait se poursuivre hier et les prochains jours compte tenu du grand nombre et de la complexité des accusations. Rien n’a cependant filtré des questions qui ont été posées à Charles Blé Goudé et des réponses que celui-ci a pu fournir. Une chose est certaine, Charles Blé Goudé, qui a été
présenté au juge hier, n’est pas vraiment celui qui a été vu sur les photos prises à la Dst. «Il est amaigri, mais il n’est pas malade», tente de rassurer une source proche du dossier. D’ailleurs, Zadi Djédjé, un proche du ministre de l’Intérieur Hamed Bakayoko, qui affirme l’avoir vu très récemment, a précisé
que les photos de la Dst n’étaient pas récentes. Ce qui confirme bien qu’elles ne sont pas du tout le fruit d’un montage ou d’une mise en scène, comme le prétendent des journaux proches du pouvoir.
Il est certain que, depuis un moment, Charles Blé Goudé a été extrait de la Dst pour
un autre lieu de détention. Une information confirmée par un de ses proches qui ne sait pas pour autant où il est en ce moment gardé. L’audience- surpr i se du mardi dernier est-elle la conséquence immédiate de l’émoi suscité par la publication des photos où Charles Blé Goudé et Jean-Yves Dibopieu apparaissent déshumanisés ? Rien n’est moins sûr. Il y a quelques semaines, une audition sur le fond avait été
annulée de justesse à cause du fait que l’information avait fuité dans la presse. Cette fois, tout le monde s’est impliqué pour que les choses se passent dans la plus stricte discrétion. Quitte à ce que la presse l’apprenne après coup. «Tout le monde est d’avis que le dossier doit avancer», affirme une
source sous le couvert de l’anonymat. Et même si certains soutiennent que cette audition préfigure
un transfèrement de Charles Blé Goudé à la Cour pénale internationale (Cpi) qui le réclame, d’autres estiment que cela n’est pas pour le moment à l’ordre du jour. «L’Etat de Côte d’Ivoire peut
refuser de le livrer à la Cpi, et il n’arrivera rien», soutient la même source.
notrevoie du jeudi 13 mars 2014