Le procès des victimes des déchets toxiques s’est tenu
hier mardi 1er juillet au tribunal des flagrants délits du Plateau sous haute surveillance policière et en présence des concernés qui ont bravé la pluie pour y prendre part. Débuté à 10 h 30 mn, ce procès qui a pris fin à 14 h a été une occasion pour la partie civile, représentée par Charles Koffi, mandataire des victimes, de justifier les faits reprochés aux accusés que sont Claude François Gohourou,Léocadie Digbeu, respectivement président et trésorière de la Coordination nationale des victimes
des déchets toxiques de Côte d'Ivoire (CNDVT-CI), Koné
Cheick Oumar, ex-Pca de l'Africa Sports national, Mme
Traoré Fatoumata épouse N'Diaye la représentante Acces
Bank devenue Afriland First .

Ces prévenus sont accusés de faux et usage de faux, abus de confiance et blanchissement d’argent. Dans ses explications, le plaignant Charles Koffi a indiqué qu’à l’origine, lui et Gohourou militaient dans la même association défendant la cause des victimes.Mais, en 2009, lorsque Transfigura a accepté d’indemniser les victimes par le biais du cabinet LEIGH DAY&CO, Claude François Gohourou a créé une association non reconnue et a réussi a détourner plus de 4 milliards des victimes qui étaient logés à la SGBCI.

Cette somme transférée à Acces Bank (devenue Afriland First) a été immédiatement repartie dans des sous-comptes grâce
à la complicité de Mme Traoré Fatoumata épouse N'Diaye, une collaboratrice de Koné Cheick Oumar. Ainsi reparti, cet argent destiné à indemniser près de 25 000 victimes a disparu dans la nature sans atteindre son but véritable. Après les échanges avec le plaignant et les avocats de la banque et des prévenus, le parquet qui a estimé que les faits sont établis, a requis 20 ans d’emprisonnement contre les nommés Claude François Gohourou, Léocadie Digbeu, Koné Cheick Oumar. Le procureur de la République a demandé au tribunal de lancer un mandat d’arrêt contre les concernés qui ne se sont pas présentés à la barre. Quant à Accès Bank, elle doit payer 21 milliards aux victimes des déchets toxiques pour avoir participé au blanchiment des 4,658
milliards qui leur étaient destinés. Le tribunal quant à lui, a reporté le délibéré de cette affaire au 29 juillet prochain. Le porte-parole des victimes Charles Koffi s’est réjoui du déroulement de ce procès tout en espérant que le verdict sera en faveur des victimes.
Aujourd’hui
02/07/2014