Le mercredi 9 juillet 2014 le gouvernement a rendu publique
la liste nominative des membres de la nouvelle Commission
electorale independante. La commission electorale independante connue depuis cette date se compose comme suit: -Un representant du President de la Republique -Un representant du President de l’Assemblee Nationale -Un representant du Ministre charge de l’Administration du Territoire -Un representante du Ministre charge
de l’Economie et des Finances

-Une representante du Conseil Superieur
de la Magistrature -Quatre representants de la Societe civile,dont un representant du Conseil Superieur des Imams, un representant de la Conference des Eveques Catholiques de Cote d’Ivoire, un representante des Organisations Non Gouvernementales non confessionnelles, et un Avocat pres la Cour d’Appel d’Abidjan, representant du Barreau.

-Quatre representants du parti ou groupement politique au pouvoir dont un representant du Rassemblement des Republicains (RDR) , un representant du Parti Democratique de Cote d’Ivoire (PDCI), un representant de l’Union pour la Democratie et la Paix en Cote d’Ivoire (UDPCI),un representant du Mouvement des Forces d’Avenir (MFA). -
Deux representants des partis ou groupements politiques de l'opposition,dont un representant de la Ligue des Mouvements pour le Progres (LMP), un representant du Rassemblement du Peuple de Cote d’Ivoire (RPCI), exceptes les representants du FPI et de l’Alliance des forces democratiques(AFD),dont la participation n'est pas encore
effective. Toutefois, le NPR juge problematique les choix des
partis politiques d'opposition devant etre representes au sein de la Commission electorale independante.Sur la base de quels criteres objectifs ou de quel texte legislatif ces choix des partis politiques d'opposition ont-ils ete operes dans un univers d'opposition plurielle ne pouvant se reduire aux choix actuels? Cette nouvelle composition de la Commission electorale independante a ete faite
en application de la Loi N°2014- 335 du 05 juin 2014 portant modification de la Loi N°2001-634 DU 09 octobre 2001 portant composition, organisation, attributions et fonctionnement de la Commission electorale independante, telle que modifiee par la Loi N°2004-642 du 14 decembre 2004 et par les decisions N°2005-06/PR DU 15 Juillet 2005 et N° 2005-11/PR du 29 Aout 2005. Conformement au realisme politique rigoureux, le NPR constate que le regime au pouvoir,issu du RHDP (Rassemblement des houphouetistes pour la democratie et la paix) totalise 8 membres acquis a sa cause, etant donne que les quatre representants du gouvernement portent la marque politique du regime qui les a mandates et en sont indubitablement
sous influence.

Cette influence se fera de facto, qui s'appuiera sur le mode operatoire democratique des prises de decision et des deliberations de l'Institution. Sans doute que l'actuel regime a bien retenu les lecons de la Commission electorale precedente dans laquelle ses membres Representants, dont le president de l'Institution, etaient majoritaires, qui par leurs agissements irreguliers ont travaille a son avenement. En outre, cette situation montre que l'actuel regime,
voulant substituer le choix democratique du peuple issu des urnes par celui d'une CEI sous influence politique, essentiellement determinant,prepare un autre assaut de braquage des elections de 2015,apres celui du 2 decembre 2010,au mepris des regles democratiques.En tout etat de cause la forte presence des politiques au sein de la CEI n'est pas de nature a garantir son independance,contrairement a l'esprit et a la lettre de son institution. Car de toute evidence,ses representants y sont mandates pour defendre les interets de leurs partis ou groupements
politiques. Pour le NPR, la presente Commission electorale independante,a l'image de la precedente, dont l'histoire retient qu'elle fut sous influence politique et partisane, ne pourra garantir l'organisation d'elections democratiques et transparentes dont les resultats
seront acceptes par tous.

Une telle CEI ne pourra qu'etre source de contestations du verdict des urnes et de violences qui en decouleront ineluctablement. Le NPR remarque par ailleurs la presence de deux confessions religieuses,au sein d'une Institution republicaine, alors que l'article 30 de la Constitution stipule que "La Republique de Cote d'Ivoire est
une et indivisible, laique, democratique et social" . Le NPR juge problematique le choix de ces deux confessions religieuses dans un univers pluriconfessionnel ne pouvant se reduire aux choix actuels.
Considerant que la presence des representants du Conseil Superieur des Imams et de la Conference des Eveques Catholiques de Cote d’Ivoire, est contraire au principe de laicite de la Republique,le NPR demande par consequent le retrait des confessions religieuses de la CEI, afin de respecter l'esprit et la lettre de la constitution.
Blaise Pascal Logbo Président du
NPR Pour le Bureau politique.